Bertet investit dans le “lourd compact” en rabotage minier

Bertet Wirtgen Rabotage minier extraction 220SMI 3.8
La 1ère raboteuse de Wirtgen de nouvelle génération a été présentée sur le salon des mines et carrières à Montpellier.

Le groupe Bertet a acquis le premier exemplaire français de la nouvelle “petite” raboteuse minière Wirtgen, la 220SMi 3.8. Une jolie bête de 60 t, transportable en un seul morceau en catégorie 2 et entraînée par un moteur 12 cylindres QST de Cummins de 960 ch en position centrale au-dessus de la cloche du rotor.

A la demande de plusieurs utilisateurs et surtout pour répondre à un marché en devenir en Europe de l’ouest sur le rabotage minier en lieu et place de l’explosif ou de l’extraction à la dent de rippage, Wirtgen a complété par le bas sa gamme de raboteuses minières avec ce modèle de 60 t au gabarit de 3 m de large et de 8,4 m de longueur avec ses 4 chenilles. Elle peut recevoir deux types de rotors, en largeur de coupe, de 2,20 m ou de 3,80 m pour une profondeur d’excavation de maximum 350 mm. “ L’idée de ce concept est de répondre à l’enjeu du transport à l’échelle de l’Europe. Nous avons l’habitude de déplacer du très lourd avec nos trancheuses ou raboteuses Tesmec, cette nouvelle machine est dans les mêmes proportions. Mais les rendements journaliers n’ont rien à voir, les premiers essais donnent une production de 2 000 à 3 000 t/jour dans la craie et 1 200 à 1 500 t/jour dans le calcaire par couches de 22 cm”, explique Michael Hermitte, DG de Bertet.

En cabine, l’opérateur dispose de deux écrans, 4 caméras dont une directement branchée sur le tambour, d’un siège suspendu tout confort avec deux joysticks où toutes les commandes ont pu être intégrées.


Article précédentLe Belge Peter Jacobs remporte le DAF Driver Challenge
Article suivantLes brumisateurs TPMS débarquent à Marseille
Franck
Après une vingtaine d’années passées à défricher les codes et usages des métiers de la construction et des professionnels des machines TP, je continue à faire ce que j’aime, aller à la rencontre de passionnés. Mon sujet c’est le terrain qui le dicte, où entrent en scène des personnages et des matériels. Et tout cela fonctionne car il existe une économie de marché et des stratégies d’entreprise. J’avoue j’aime aussi bien parler de la vie des boîtes en général. Qu’ils soient constructeurs, entrepreneurs, distributeurs, loueurs, techniciens, opérateurs, ils ont tous un regard différent à porter sur la réalité du secteur. Je leur donne avec plaisir la parole !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

quatre × un =