Vincent Martin, l’entrepreneur de l’année

2883
Vincent Martin dirigeant du Groupe Roger Martin, nommé l'entrepreneur de l'année
Vincent Martin dirigeant du Groupe Roger Martin, nommé l'entrepreneur de l'année par le Magazine TP & Aménagements

Son agenda est déjà quasi plein jusqu’en mai prochain à l’heure où j’écris ces lignes. Vincent Martin cumule les emplois et les centres d’intérêts. Constamment en ébullition… ce dirigeant est aussi passionné que passionnant. L’automobile, les TP, le vin… autant de sujets qui provoquent chez lui instantanément un sourire quand on les aborde. 

Avec plus de 125 ans d’histoire dans les travaux publics, l’entreprise Roger Martin a quelques racines bien ancrées dans le milieu. Aujourd’hui Président du Directoire depuis 2012, Vincent Martin incarne la 4ème génération après Eugène, l’arrière grand-père qui créa l’entreprise en 1895, Roger son grand-père, et enfin son père, Pierre, qui a d’ailleurs donné son nom à l’une des dernières promotions de l’EATP. Mais le plus difficile dans ces maisons chargées d’affect et d’histoires familiales, c’est de conserver l’héritage tout en continuant à le faire encore grandir. Et là, c’est le début d’un véritable challenge. Un enjeu de taille qu’il relève avec passion, et qu’il réussit avec succès depuis qu’il est à la tête de l’entreprise. De quoi mériter le titre de l’entrepreneur de l’année, non ?  

Le Groupe Roger Martin revendique fièrement sa philosophie ‘d’entrepreneur’. Le mot n’est pas galvaudé, loin de là. Il s’affiche d’ailleurs comme une baseline soulignant le nom du Groupe. C’est dire l’importance qu’il représente. L’entrepreneur, c’est celui qui emmène les gens dans un projet, avec une vision et une stratégie à court, moyen et long terme. Et Vincent fait partie de ces hommes qui voient loin, de ceux qui font grandir leurs entreprises.

Le Dig Tour 2023

Un entrepreneur, c’est un homme qui emmène ses équipes avec lui, sur les projets les plus ambitieux.

Des perspectives ambitieuses pour le Groupe

Le cap – et le ton – sont donnés. Pour preuve, le Groupe passe de quelques 900 collaborateurs à plus de 1700 aujourd’hui en 8 ans. À grands coups de développement interne, ou de rachats d’entreprises aux profils souvent complémentaires. Le Groupe Roger Martin se diversifie et se déploie en région, les agences se multiplient. Pleinement dans l’air du temps, le multi-spécialiste (il couvre, entre autres, aussi bien les travaux de VRD et de terrassement de grands chantiers que la promotion immobilière ou encore les voies ferrées)  vient désormais d’ouvrir une filière « bois énergie » avec un rachat d’une entreprise en Haute-Loire spécialisée dans ce secteur. C’est beaucoup plus que du green brushing. Ça rentre dans l’idée que Vincent se fait d’une entreprise avec une économie virtueuse et circulaire.

Il y a un adage qui dit que « seul on va plus vite, mais qu’à plusieurs on va plus loin ». Ce diction colle parfaitement à ce que le dirigeant et son équipe de direction mettent en place dans l’entreprise pour qu’elle s’épanouisse. « L’humain y occupe une vraie place, c’est le coeur de l’entreprise », rappelle t-il sans cesse. Homme de valeur, Vincent sait qu’il peut compter sur ses équipes pour faire perdurer cette dynamique. Il a su – bien – s’entourer de fidèles bras droits aux postes clés et stratégiques à la direction, mais il tient à conserver une réelle proximité avec ses équipes, jusque sur le terrain. Vincent est d’ailleurs le premier à s’arrêter quand il passe en voiture devant un chantier pour saluer ses équipes, et il reçoit personnellement, avant même les DRH, les candidats aux postes stratégiques qui voudraient postuler chez ‘lui’, histoire de ne pas passer à côté d’une « pépite » comme il le dit lui-même. L’homme a du flair et un instinct qu’il suit volontiers. C’est ça, aussi, un entrepreneur dans l’âme.   

On dit souvent qu’il y a une femme derrière un grand homme… Catherine Martin, son épouse, est même carrément à ses côtés !

Un homme aux multiples « casquettes »

Certes, la vie n’est pas toujours facile. C’est un métier prenant, il faut sans arrêt switcher d’un dossier à un autre. Alors pas le choix, pour mener tous ces projets de fronts, il commence tôt le matin. Arrivé au bureau vers 7h00, il peut prendre le temps, au calme, de se plonger dans les dossiers chauds du moment, traiter ses emails afin de pouvoir ensuite se dégager de la disponibilité pour les réunions du jour, Codir (comité de direction), notamment celles du lundi pour organiser la semaine, planifier les plans d’action, et programmer toutes les autres qui vont ensuite s’enchaîner tout au long de la journée… et de la semaine. Un petit coaching sportif de temps en temps le soir, histoire de faire un break, un petit débrief de la journée, avec Catherine, son épouse, et l’iPad refait surface, souvent dès le dîner pour clôturer la journée. Difficile de décrocher quand on a 1700 collaborateurs à ses côtés, une magnifique exploitation viticole en biodynamie de 34 hectares dans le Jura, le Domaine de la Pinte, à faire tourner, et la présidence de la Fédération Régionale des Travaux Publics en Bourgogne Franche-Comté.    

Vincent Martin gère aussi l’exploitation viticole familiale du Domaine de La Pinte (34 hectares) dans le Jura.

Des passions de (très) bon goût


Et non content d’être un individu fort sympathique et convivial, le dirigeant a aussi quelques sympathiques marottes. L’homme aime les autos et les sports mécaniques. Et il a du goût en la matière. Il mixe les styles et les époques, avec quelques rares et magnifiques pièces. C’est d’ailleurs une passion qu’il partage avec son épouse, notamment lors du célèbre Tour Auto, et d’autres épreuves historiques. Dans un autre style, et parce que le dirigeant aime la vitesse (il a le pied parfois un peu lourd, reconnait Catherine avec un sourire), il roule aussi sur circuit, dans le cadre du championnat Porsche Sprint Challenge France, avec sa propre team : JMP Team. Vincent va aussi vite dans la vie professionnelle que sur un circuit. Le mental de vainqueur, voir loin, prendre des décisions rapides, ça sert aussi bien en sport auto que dans la vie professionnelle. « Ce n’est pas anodin si l’on a souvent le même vocabulaire et des valeurs communes avec les sportifs, c’est un peu dans notre ADN commun. La vie est une course permanente, s’amuse t-il à dire, et comme les sportifs, les chefs d’entreprise sont des compétiteurs ! ». ■ textes _louis roizard & photos_ DR /catherine martin/  alexis goure

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

trois × 1 =