Les échafaudeurs montent au créneau sur l’arrêt des chantiers

89
Échafaudage monteurs d'accès en hauteur
Les loueurs et les loueurs monteurs échafaudages, de coffrage, d'étaiements et de systèmes d'accès en hauteur motorisés veulent être payés même en cas d'arrêt des chantiers comme actuellement

Le SFECE (Syndicat Français de l’Échafaudage, du Coffrage et de l’Étaiement) affilié à la FFB rappelle que les loyers en cours sont dus.

blank

Les loueurs et les loueurs-monteurs d’équipements de chantiers (échafaudages, coffrages, étaiements, systèmes d’élévation d’accès et de travail motorisés) demandent le paiement de leurs loyers. Ne serait-ce que pour une solidarité économique entre toutes les entreprises.


Le SFECE considère qu’une entreprise cliente qui décrète suspendre ou arrêter les contrats de location, se place dans l’abus caractérisé. Cette suspension ou rupture de contrat injustifiée est susceptible de mettre en péril toutes les entreprises de location.

  • blank
  • blank

Quant à la force majeure mise en avant, elle se caractérise uniquement lorsque l’événement est imprévisible et irrésistible. Or :
• le caractère d’imprévisibilité fait défaut compte tenu de la connaissance largement diffusée du risque instauré par le Coronavirus,
• le caractère d’irrésistibilité ne peut pas se démontrer. Avec la mise en place de « mesures appropriées » et, conformément aux consignes du Gouvernement, le maintien de l’activité sur les chantiers autorisé et de ramener les matériels loués.

Et de rappeler que toute résiliation du contrat intervient en cas de restitution du matériel. Sous réserve du respect d’un préavis convenu et des autres dispositions contractuelles. En outre, le SFECE rappelle que le client reste responsable du matériel jusqu’à sa restitution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

cinq × deux =