JLG traverse la tempête en mode agile

102
DavidCourtin_JLG[31341]
David Courtin, JLG Europe du Sud reste confiant sur le développement du secteur de la construction en Europe

De l’avis même de son directeur Europe du Sud, David Courtin, JLG a su en quelques jours s’adapter à la première vague du Covid. Mettant aussitôt en veille son outil de production mondial. Puis l’activant pour un redémarrage quasi-immédiat. Fort de cette agilité assez extrême, JLG a su gérer les « stop and go » des investissements des loueurs.

blank

Le marché de la nacelle en France aura chuté d’environ 30 % en 2020, ce qui s’explique logiquement par l’arrêt des investissements des loueurs, qui représentent plus de 70 % du business des fabricants de nacelles. Sans oublier que les prévisions avant Covid tablaient déjà sur une certaine stabilisation voire une baisse du marché, après deux années carrément exceptionnelles.

Notre prévision chez JLG était de 10 %. La réalité sera en fait de 30 %. Mais, depuis septembre octobre, la reprise est impressionnante sur les commandes. Plus marquée d’ailleurs en Italie et en Espagne qu’en France”,  explique David Courtin. Le 4ème trimestre 2020 aurait même enregistré 40 % plus de commandes que la même période de 2019, illustrant la confiance des grands investisseurs pour 2021.

blank

Dans une situation qui a tendance à s’éclaircir sur ce premier semestre, JLG table sur un redémarrage solide de l’activité en septembre prochain. Mais nous ne retrouverons pas de pic d’activité comme 2019 avant 2024”, prévoit le directeur Europe du Sud en charge également de la zone Nord Afrique.

Différenciation stratégique

Dans le bilan, JLG se félicite de sa progression dans le secteur industriel. Qui à l’instar de la manutention, s’organise pour gérer sous forme de location longue durée des parcs de nacelles destinées à l’entretien des usines.  “ C’est une stratégie payante de nos équipes locales pour rentrer en direct ou par l’intermédiaire de partenaires revendeurs sur ce segment d’activité porteur et moins cyclique que celui de la construction”, reprend David.

D’autant qu’en France, avec son Toucan, nacelle à élévateur vertical, produit à forte notoriété historique, JLG a pu accélérer sur cette stratégie de segmentation du marché. La même approche est aussi en cours de développement sur les marchés allemands et britanniques.

En ce qui concerne le développement de ses gammes, JLG annoncera dans les mois à venir la localisation précise de la production de ses deux modèles de chariots télescopiques de 14 et 17 m. Par contre, ce qui est sûr c’est que sa stratégie d’électrification de la gamme est bien en marche. Après avoir présentées à la Bauma 2019, les deux premières articulés électriques du marché sur batteries Lithium (16 et 18 m). Et à Conexpo en 2020, le ciseau 100 % électrique sans huile hydraulique, le modèle AE1932 DaVinci.

Faisant partie prenante du groupe américain Oshkosh, fabricant de véhicules tactiques qui vient d’acquérir des compétences dans l’intelligence artificielle et la robotique, JLG devrait bénéficier d’avancées technologiques visant à plus de sécurité, de confort et surtout de nacelles toujours plus respectueuses de l’environnement”, conclut David Courtin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

deux + neuf =