Nicolas Proust, Steelwrist France : “le marché est de plus en plus réceptif”

La demande en tiltrotateurs, en attache-rapides automatiques et en outils hydrauliques continue de croître sur tous les principaux marchés européens. Steelwrist profite à plein de cet engouement.

On constate un vrai changement de comportement des concessionnaires car la demande des utilisateurs finaux pour augmenter leur polyvalence et donc leur productivité est clairement identifiée. D’autant qu’il y a de moins en moins de chauffeurs disponibles sur le marché. Nous serons donc en 2019 entre 15 et 20 % au dessus de nos budgets ”, se satisfait Nicolas Proust, responsable de Steelwrist France. Et si l’usage du tiltrotateur devient un montage presque standard sur les pelles sur pneus ou à chenilles de 12 à 20 t, le fabricant enregistre aussi de bons retours sur ses nouvelles attaches rapides automatiques SQ, dont la conception permet d’offrir un maximum d’avantages : compatibilité maximale grâce au respect de la norme symétrique, joint tournant à haut débit hydraulique, robustesse, compacité…

Nos attaches rapides SQ ont un potentiel important dans la démolition. Nous avons d’ailleurs dédié un responsable pour ce secteur exigeant ”, ajoute Nicolas Proust. Steelwrist France vient d’ailleurs de signer deux belles références avec deux attaches rapides hydrauliques SQ80 sur deux pelles Kobelco, SK350 et SK300, vendues par Dynamic TP en région parisienne. Au niveau organisation commerciale, Pierre Cervos devient responsable développement réseaux et va couvrir le sud-ouest de la France. Autre sujet porteur, le développement de nouveaux segments de machines pour ses attaches et tiltrotateurs comme celui de la midi de 6 à 10 t à pneus comme à chenilles, sans oublier les produits différenciants comme l’attache inclinable à connecter directement sur balancier, la TMX qui offre un angle de 30 ° de chaque côté.

Article précédentL’indépendance de Lyomat en marche
Article suivantLoxam simule pour protéger le salarié
Franck
Après une vingtaine d’années passées à défricher les codes et usages des métiers de la construction et des professionnels des machines TP, je continue à faire ce que j’aime, aller à la rencontre de passionnés. Mon sujet c’est le terrain qui le dicte, où entrent en scène des personnages et des matériels. Et tout cela fonctionne car il existe une économie de marché et des stratégies d’entreprise. J’avoue j’aime aussi bien parler de la vie des boîtes en général. Qu’ils soient constructeurs, entrepreneurs, distributeurs, loueurs, techniciens, opérateurs, ils ont tous un regard différent à porter sur la réalité du secteur. Je leur donne avec plaisir la parole !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

16 − 11 =