La 100 000ème mini-pelle franco-suédoise

170
Volvo CE 100 000ème Belley
De gauche à droite Pierre Jenny, Volvo CE Belley Manuel Almeida ETP, Thierry Bouyssou Kléber Malecot

À l’origine Pel-Job (fabricant au départ sous licence Takeuchi) puis Volvo à partir de 1995, l’usine de Belley dans l’Ain vient de livrer à E.T.P sa 100 000ème machine, une ECR58. Une remise de clés d’autant plus symbolique que la production de ce modèle vient d’être transférée depuis la Corée, où elle était assemblée jusqu’ici.   

blank

Pierre Jenny, directeur général de l’usine de Belley avait réuni l’équipe en charge de la conception et l’industrialisation de l’ECR58 pour remettre à Manuel Almeida, dirigeant de ETP, un canalisateur du Loiret, les clés de la 100 000ème mini-pelle produite. Pour l’occasion Thierry Bouyssou, directeur commercial de Kleber Malecot, son distributeur, l’avait accompagné. Une belle fête en extérieur sur le terrain de démonstration, gestes barrières oblige. Ce qui a permis au patron, ex-opérateur, d’essayer plusieurs modèles de gamme, notamment les électriques en pelles et chargeuses.

Ce 100 000ème modèle, c’est un peu de l’histoire de la mini-pelle française. L’usine de Belley en fabrique depuis 35 ans. Et on continue de se battre au quotidien pour qu’elle le reste encore longtemps. Sans compter que nous sommes en train de relever le challenge de l’électrification de la gamme. Une cinquantaine de modèles ECR25 Electric a déjà quitté l’usine. La Norvège et la France étant les deux premiers marchés”, déclare Pierre Jenny. 

blank

Un aficionados

Cette ECR58 Spécial Anniversaire ne tombe pas en mains inconnues. Manuel Almeida est un fidèle de la marque, et surtout de son distributeur Kleber Malécot. “ Je connais la maison depuis 30 ans, au départ Patrick, et aujourd’hui Stéphane. Deux fidèles passionnés comme moi. Leur efficacité au niveau service technique est indéfectible ”, assure Manuel.

En créant E.T.P en 2004, il investit coup sur coup dans une pelle sur chenilles EC160B et une ECR58B. Cette dernière affiche aujourd’hui fièrement 12 000 heures de bons et loyaux services. Au fil du temps il complète son parc, ECR25D, ECR88D, 2 chargeuses L30B Pro, et plusieurs autres matériels d’accompagnement.

J’ai 32 ans de maison et je continue de suivre Manuel. C’est un professionnel, très exigeant sur le choix et la qualité des machines et des options. En tant qu’ancien opérateur, il a cette expérience qui fait la différence pour manager tant son entreprise que ses gars”, explique Thierry Bouyssou.

La bonne machine

En prenant possession de la ECR58, l’entrepreneur a pu découvrir la production des mini-pelles made in France. Il trouve ce modèle de 5,8 t à gabarit réduit comme un bon compromis pour ses travaux de pose réseaux d’eau et d’assainissement.

Son encombrement réduit nous offre la possibilité de traiter pas mal de chantiers, avec des performances généreuses en profondeur de fouille ou de capacité de levage. La cabine est assez spacieuse pour accepter tous les gabarits. Je me pose encore la question d’investir dans un tiltrotateur pour cette machine. C’est définitivement un progrès mais qui ne doit pas nous faire oublier que la compétence et l’adresse d’un opérateur restent capitales », ajoute le patron de E.T.P.

Et pour avoir pu essayer le deux modèles électriques de Volvo, l’ECR25 et la L25 Electric, Manuel assure ne pas avoir senti de différence avec une thermique. « C’est peut-être l’avenir pour nos travaux en ville. Mais déjà exploitons à bon escient nos machines qui sont à la pointe technologique en matière de dépollution »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

16 + trois =