Le bio-GNL en test longue distance chez Volvo Trucks

350

Volvo Trucks lance un nouveau camion au gaz capable de rouler au biogaz liquéfié. Ceci en longue distance, tout en réduisant les émissions globales de CO2.

Le Dig Tour 2024

Il y a cinq ans, Volvo Trucks lançait des camions au biogaz liquéfié. Plus communément désigné comme bio-GNL, ce carburant renouvelable est produit à partir de déchets organiques, y compris les déchets alimentaires. Ce carburant réduit, voire supprime, les émissions de CO2.

Le biogaz est un bon complément des transports électriques. Il soutient les ambitions de durabilité des transporteurs et leur permet de viser des transports neutres sur le plan climatique.

Daniel Bergstrand
Responsable de produit des camions au gaz chez Volvo Trucks

Les Volvo FH et FM au gaz de 500 ch complètent les anciens moteurs de 420 et 460 ch. Les moteurs à gaz bénéficient également d’améliorations techniques qui font gagner jusqu’à 4 % de rendement énergétique**, ce qui, associé à un nouveau réservoir de gaz 10 % plus grand, augmente l’autonomie.

JCB 18Z

«Nos camions à gaz ont des performances comparables à celles de leurs équivalents diesel. Leur ravitaillement en carburant est presque aussi rapide que celui d’un camion diesel et, grâce au réseau croissant de plus de 600 stations-service pour le bio-GNL et le GNL en Europe, ils sont idéalement adaptés au transport longue distance», déclare Daniel Bergstrand.

Pas de solution unique

La gamme renforcée de camions à gaz convient parfaitement à la feuille de route stratégique de Volvo Trucks, qui suit trois axes dans l’optique du zéro émission : l’électrique à batteries, l’électrique à pile à combustible et les moteurs à combustion fonctionnant aux carburants renouvelables comme le biogaz, le HVO ou même l’hydrogène vert.

«Nous avons besoin de plusieurs solutions techniques, parce que la disponibilité de l’énergie et du carburant varie considérablement d’un pays et d’une région à l’autre et parce que chaque mission de transport a ses propres contraintes», commente Daniel Bergstrand.

Projet européen

La production européenne de bio-GNL devrait augmenter rapidement et permettre l’abandon du GNL fossile. La Commission européenne a présenté un plan appelé REPower EU, qui se concentre sur la création d’une capacité de production nationale nettement accrue pour différents types d’énergie. L’objectif est de multiplier par dix la production annuelle de biogaz d’ici à 2030* et le secteur a déjà entamé une phase de croissance rapide. En dehors de l’Europe également, le potentiel du biogaz suscite de plus en plus l’intérêt.

**Le rendement énergétique réel dépend de nombreux facteurs : la vitesse, l’utilisation du régulateur de vitesse, la spécification du véhicule, sa charge et la topographie réelle. Mais aussi l’expérience du conducteur, l’entretien du véhicule et les conditions météorologiques.

Informations sur le gaz liquéfié :

  • Le bio-GNL est un carburant renouvelable (biométhane). Tous les déchets organiques sont compatibles pour produire du biogaz, par exemple les boues provenant de stations d’épuration, les déchets alimentaires, le fumier et d’autres produits résiduels.
  • Le GNL (gaz naturel liquéfié) est un gaz fossile (méthane) extrait de gisements souterrains ou sous-marins.
  • Le procédé de liquéfaction du biogaz est le même que pour le GNL : le gaz est refroidi à -162 °C. Le carburant prend alors beaucoup moins de place. Ce qui permet d’emporter une quantité d’énergie plus importante dans le camion et augmente considérablement l’autonomie de celui-ci.
  • L’objectif de la Commission européenne (REPower EU) est de décupler la production annuelle de biogaz. Avec l’objectif d’atteindre 35 milliards de mètres cubes d’ici à 2030*. Plus de 78 usines de bio-GNL seront prêtes en Europe en 2024. L’Allemagne et l’Italie, ainsi que les Pays-Bas, devraient être à la pointe du bio-GNL dans les années à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

quatre × trois =