Wirtgen en piste à Beijing

0
55
machines coffrage glissant Wirtgen SP500 aeroport Beijing
Conçu pour plus d'un mouvement de vol par minute, les zones de circulation doivent supporter des charges extrêmement élevées. Les dalles réalisées par les machines Wirtgen à coffrage glissant offrent un revêtement en béton très résistant.

Quatre machines à coffrage glissant Wirtgen SP500 ont assuré la pose de dalles en béton sur les zones de circulation du nouvel aéroport international de Beijing, qui sera le plus grand au monde avec une capacité de 100 millions de passagers.

Au total, 4 machines à coffrage glissant Wirtgen SP 500 ont assuré la pose de dalles de béton monocouche de 5 m de largeur et de 42 cm d’épaisseur sur directement sur support rigide. Les paramètres de nivellement et de direction ont été communiqués au système de contrôle Wirtgen par l’intermédiaire de palpeurs sur fils de guidage. Pour résister aux fortes charges exercées par les avions, les dalles de béton sont armées au moyen de goujons en acier. Dans la même logique de durabilité, ces bétons sont prévus pour résister aux températures basses, de l’ordre de 0 °C durant les hivers froids de Beijing.

Adaptées aux chantiers de grande envergure, ces machines à coffrage glissant utilisées par l’entreprise Sino-Aero Construction Engineering ont permis de gagner un temps précieux avec moins de personnels, tout en surpassant les spécifications requises au niveau résistance des bétons. Des vibreurs électriques intégrés ont assuré le compactage optimal du béton au cours de la pose. Et enfin, la poutre correctrice oscillante et la taloche longitudinale ont apporté les dernières touches à la toute nouvelle chaussée.

Article précédentColas en pole position sur le circuit de l’Auxois Sud
Article suivantDes pelles Hyundai dans les vignes de Cognac
Louis
J’aime le bruit d’un moteur et l’odeur de l’huile chaude. J’adore l’expérience inédite de monter dans une cabine, de découvrir une machine. Je préfère 100 fois chausser des bottes et aller dans la boue qu’arpenter de luxueux bureaux. Je vis chaque nouvelle rencontre comme un moment privilégié, presque magique. Et j’ai pu conjuguer tout ça dans mon métier en créant les éditions Nakori, pour développer des magazines spécialisés : TP&A et TRANSMAT. Désormais, je prends chaque nouveau magazine à faire comme un réel challenge pour faire vivre aux lecteurs une expérience atypique, voire inoubliable. Et j’ai surtout trouvé un prétexte extraordinaire pour m’éclater au quotidien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici