Pierre Balmand, « La grue à montage motorisé, l’outil idéal du chantier de chalet »

Pierre Balmand Maçonnerie grue à montage rapide IGO 21 Potain coffrage aluminium
Coffrage aluminium Eurobress, grue à montage motorisé Igo 21 Potain, Pierre Balmand gérant d'une entreprise de maçonnerie en Haute-Savoie mécanise au maximum ses chantiers de chalets

Aux alentours de Megève en Haute-Savoie, Pierre Balmand, maçon de père en fils excelle dans l’art de construire du sur-mesure.  La grue à montage motorisé est l’apanage de cette organisation “maison”.

Les grues qui grimpent toutes seules, à montage rapide ou motorisée, poussent en été comme des champignons aux pieds des alpes, en villages ou en stations, là où la demande en chalets flambants neufs explose. Pierre Balmand, entreprise de maçonnerie de père en fils peut en parler, les chantiers s’enchaînent, avec le bouche à oreille, il ne manque pas de boulot au moins jusqu’à l’été prochain, même si le personnel manque cruellement. “On est quatre actuellement mais il faudrait le double, la solution c’est de mécaniser pour compenser”, assure Pierre qui bosse encore avec son père, après 40 ans d’activité ! L’entreprise possède bien plus de matériels qu’il n’en faut mais cela compte d’avoir ses propres outils et de pouvoir s’en servir quand il le faut. En premier lieu les grues, depuis toujours utilisées, au début en actionnant des manivelles maintenant électriques et télécommandées.

Après c’est le transport qui compte, l’entreprise dispose de deux plateaux bennes 3,5 t, et un 19 t Arocs Mercedes, un 2040 de 400 ch avec une benne Cox, modifiée à 2,42 m intérieur pour transporter le grillage à béton (section de 6 m par 2,4 m). Ce porteur embarque une grue Palfinger, une PK 10000 qui permet de manutentionner des charges lourdes comme les contrepoids de la grue. Et 19 t, c’est aussi le poids maximum autorisé sur la commune de St Gervais, sans compter les restrictions au moment des barrières de dégel. “ Un chantier comme celui-là on va faire plus de 30 tours pour sortir les 300 m3 de terre, qui vont servir de remblai sur un autre de mes chantiers de maisons. Après comme vous avez vu voir l’accès est limité et pentu, alors il faut jouer du volant et du blocage d’essieu pour faire grimper le camion jusqu’au chantier “, plaisante le maçon.

L’entreprise utilise aussi des engins polyvalents, pour creuser, manutentionner, et même faire du béton, quand il n’y pas la place d’installer une centrale de chantier. Pierre possède 2 Mecalac, une 12 MTX à pneus et une 8 MCR à chenilles, sans oublier la Kubota de 2,7 t, une Kx71-3.

La Mecalac 12 MTX a réalisé le terrassement de la fouille du garage. Mais elle est déjà occupée ailleurs. Elle peut facilement se déplacer d’un chantier à l’autre. Une autre pelle sur chenilles Mecalac est déjà sur place, une 8MCR. Après une Kubota réalise les pré fouilles des fondations de la maison et décaisse l’emprise de la nouvelle maison.

Extrait d’un article à paraître dans le prochain numéro de TP Aménagements

Article précédentLes 24 infrastructures indispensables en Auvergne Rhône-Alpes
Article suivantThierry Burlot élu président du Cercle français de l’Eau
Franck
Après une vingtaine d’années passées à défricher les codes et usages des métiers de la construction et des professionnels des machines TP, je continue à faire ce que j’aime, aller à la rencontre de passionnés. Mon sujet c’est le terrain qui le dicte, où entrent en scène des personnages et des matériels. Et tout cela fonctionne car il existe une économie de marché et des stratégies d’entreprise. J’avoue j’aime aussi bien parler de la vie des boîtes en général. Qu’ils soient constructeurs, entrepreneurs, distributeurs, loueurs, techniciens, opérateurs, ils ont tous un regard différent à porter sur la réalité du secteur. Je leur donne avec plaisir la parole !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

15 − 11 =