60 000 machines en 2019 ! Qui dit mieux ?

238
SEIMAT Syndicat Ventes matériels de BTP
Au premier plan, Pascal Guillemain, élu Président du Seimat en 2019 en compagnie d'Olivier Saint-Paul, Vice-Président

Le chiffre record des 60 000 machines vendues est atteint en 2019, soit 2,8 milliards d’euros facturés en France. Une belle ascension depuis 2015, le creux de la vague (34 000 unités et 1,5 Mds€ de CA). Les paris sont ouverts pour 2020.

Pascal Guillemain et Olivier Saint-Paul, Président et Vice-Président du Seimat, syndicat des importateurs de matériels de BTP témoignent de la bonne santé du secteur. Ils en profitent pour parler d’une hausse de représentativité avec l’arrivée de Sany, Luigong, Liebherr, Hydrokit parmi les 41 adhérents.

Mis en place en 2019, un groupe de travail pour le guidage réunit Topcon, Sitech, Leica. Avec d’Hydrokit, spécialiste des adaptations hydromécaniques, le Seimat ne cesse de s’ouvrir et de se renforcer. Un changement de nom serait même à l’étude pour répondre à ces évolutions de marché.

blank

Du vert un peu partout

Notre profession a appris de la crise. On n’assiste plus à des pics sauvages mais bien à une reprise constante ”, lance Pascal Guillemain. Cette croissance stable semble même, selon lui, vouloir nous éloigner des risques d’une dépression, en tous les cas pour 2020.

Les mini-pelles de 0 à 6 t (12 531 unités) font mieux que 2007 (11 676 unités), année de référence. Cela tient au renouvellement des parcs de loueurs, toujours lié à la fin de la disposition Macron. Il s’en vend d’ailleurs autant à la location que chez les utilisateurs finaux. Sans oublier une hausse structurelle indéniable depuis 10 ans.

Autre tendance, les facturations directes en majorité liées aux loueurs généralistes restent à un niveau stable de 25 %, ceci depuis 2016. Ce qui illustre la montée en puissance des réseaux de distribution dans la location avec une offre en constante augmentation. “ Les distributeurs sont-ils une nouvelle génération de loueurs, à suivre”, s’interroge Pascal Guillemain. Il signale au passage que les compacts représentent un tiers du marché total tant en valeur qu’en unités. A la différence des machines de production, qui avec 10 % du volume, font 34 % des facturations des constructeurs.

La pelle, une valeur du CAC 40 du secteur

Les pelles, sur chenilles de +12 t (2 634 unités ; +11 %/2018) et sur pneus de +11 t (1 117 unités ; +9 %/2018) sont, avec les chargeuses sur pneus (1 361 unités ; +15 %/2018) les plus grosses masses des ventes sur ce segment qui totalise 5 713 machines. A noter des tombereaux articulés en bonne forme à plus de 300 unités (+10 % / 2018). 

Pour autant des modèles phares dans les travaux de terrassement de masse ne sont plus à la page des usages actuelles. Les bulldozers avec 210 unités ( + 14 %/2018) restent sur des niveaux faibles. Les chargeuses sur chaînes n’apparaissent même plus. Il faut savoir que dans les années 90, ces deux produits représentaient chacune entre 600 et 800 unités”, semble regretter l’ancien dirigeant du groupe Bergerat Monnoyeur.

Dent-de-scie pour les autres métiers

Sur les métiers de la route, le niveau des ventes est conforme aux investissements consacrés ces dernières années à la remise en état de nos routes et des réseaux. Sur les 16 277 matériels routiers commercialisés en 2019 (+ 9 % / 2018), il se vend plus de 10 000 pilonneuses et plaques vibrantes.

De son côté le secteur de la préparation, du transport et de la mise en œuvre du béton est en recul de 11 % (1326 en 2019 contre 1485 en 2018). La faute à un fort renouvellement sur une période précédente où de nouveaux acteurs ont débarqué. On le constate avec les bétonnières portées qui passent de 1295 en 2018 à 1148 en 2019.

Pour finir avec le levage et la manutention, les chariots télescopiques frôlent les 10 000 unités (+11 %). Cela s’explique par une forte progression dans l’agricole (53% du marché). Un phénomène lié à un jeu de rattrapage des livraisons non honorées en 2018, réalisées en 2019. Les nacelles décrochent de leur sommet et passent de 8 443 à 7463 unités de 2018 à 2019.

Nouvelle statistique au Seimat, le taux d’équipement des systèmes de guidage. Il est de 25 % (1ère et 2ème monte) sur 3 familles de produits : les pelles (20 %), les bulls (50 %) et les niveleuses (100 %). Deux choses à retenir, une évolution rapide des équipements de guidage en 2ème monte sur le parc existant qui progresse de 103 % entre 2017 et 2019. Et un bon potentiel de développement au regard de nos voisins allemands et scandinaves qui possèdent un taux d’équipement de 30 à 50 % plus élevés que chez nous.

Prévisions 2020 (Seimat) : 58 000 unités

Nouvelle loi sur le sur-amortissement (décret non voté) ; 140 % de l’investissement (160 % pour les TPE et PME), pour l’acquisition d’un matériel phase V et revente de machines de plus de 5 ans. Attention à la définition des matériels hybrides, le texte de loi s’inspire du secteur de l’automobile. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

10 − 8 =