Truck 16, le nouvel établissement Man en Charente

47
Truck 16 établissement Man Trucks

Man Trucks et ses partenaires investissent dans le réseau pour offrir un service de proximité. Depuis le 3 mai, un nouvel établissement Man a ouvert ses portes en Charente. C’est le 109eme point de service du fabricant. Truck 16 appartient au Groupe Phelippeau, déjà présent sur trois site en Charente-Maritime.

Rototilt R1-R8

Le maillage de Man dans l’ouest de la France se renforce avec l’ouverture de ce nouvel établissement de service en Charente : Truck 16. Il s’agit de la société soeur de Nego Truck. Ainsi, il a pour vocation de répondre aux besoins d’entretien, de réparation et de pièces détachées.

Avec l’ouverture de Truck 16, le groupe Phelippeau s’implante dans ce département. « Les trois établissements de Perigny, Mazerolles et Rochefort couvrent parfaitement le département de la Charente Maritime. Mais, pour encore mieux desservir nos clients, nous avons décidé d’investir en Charente dans ce tout nouvel établissement », déclare Pascal Phelippeau, Directeur Général du Groupe Phelippeau.

blank

Un établissement complet

Implanté à Val des Vignes en bordure directe de la N 10, entre Barbezieux et Angoulême, Truck 16 offre un accès direct dans les deux sens au nouvel établissement. Et l’installation est on ne peut plus complète. Ainsi, sur 11 000 m2 de terrain, l’établissement abrite un bâtiment de 1 100 m2 équipé de quatre travées. Parmi les équipements, on compte banc de freinage, colonnes de levage. Mais aussi tout ce qui est indispensable à l’entretien et à la réparation des véhicules industriels. Les travaux ont duré 8 mois et le tout représente un investissement de 2,2 M€.

« La raison de notre installation et nos objectifs sont simples : développer la présence de Man sur le département. Et nous voulons faire rayonner cette marque en laquelle nous croyons. Pour cela, nous apportons notre expérience et notre savoir-faire sur ce nouveau site. Le défi est grand puisque Man n’a jamais eu de point de service en Charente. Mais, nous sommes certains qu’avec des équipes formées et un outil de travail bien pensé comme celui que nous venons de réaliser nous parviendrons à y mettre notre griffe. », conclut Pascal Phelippeau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

deux + quinze =