Paul David, la parole d’un montagnard

560
Paul David Isermat Secamat AMC
Paul David rencontré chez Marcelli, un loueur historique en Rhône-Alpes de chariots à mâts tout tonnage, récemment racheté

Paul David, pilote à vue un pool d’entreprises de location et de distribution sur l’Isère et les deux Savoie. Avec un positionnement géographique affirmé sur le sillon alpin de Grenoble à Saint-Jean-de-Maurienne jusqu’à Genève. Hors diversification car depuis peu, la reprise de Marcelli en Nord-Isère, le confirme aussi comme spécialiste de la location de chariots industriels.

Sturno offre d'emploi

Ses activités cumulées représentent un chiffre d’affaires de 25 M€, à 80 % réalisés dans la location. Logique quand on s’appelle Paul David, fils du fondateur de Loueurs de France BTP, Jean-Pierre David et sa soixantaine d’agences au moment de sa cession à Loxam en 2005. Quant à la distribution, elle est venue assez naturellement compléter ses activités. Notamment au moment du rachat de Secamat, distributeur Yanmar, Ammann, Putzmeister sur les 2 Savoie et l’Isère. La création d’AMC est venue compléter par la suite son pôle distribution avec Wacker Neuson.

Généraliste et spécialiste

Isermat et Secamat rayonnent dans le massif alpin au travers 15 agences. Deux implantations récentes viennent compléter son maillage. Une première à Claix en périphérie de Grenoble pour la partie manutention. Et une deuxième toute prochaine en Maurienne en matériels TP pour le projet du Lyon Turin. L’intégration de Marcelli, loueur et distributeur des chariots Hyster sur l’Isère et les Savoie ajoute également de nouveaux points services.

blank

Et si le loueur a une vocation première de généraliste en bâtiment, industrie et TP avec des pelles allant jusqu’à 20 t, ses derniers investissements illustrent son attachement au monde alpin. Il vient ainsi de rentrer des dumpers sur chenilles Prinoth, le Panther 7R de 7 t et le Panther 14R de 14 t de capacité de charge. Spécificités du produit canadien, une rotation totale benne cabine. Et un train de chenilles bien suspendu et très large épousant la forme du sol. Pour garantir une bonne motricité en terrain marécageux ou en pente.

La montagne c’est aussi le déneigement. Pour cela, Secamat qui est concessionnaire Kramer, loue à la saison des chargeuses de l’allemand. Celles-ci ont l’avantage d’offrir d’origine un mode d’avancement lent. Pour cette application, le loueur propose le modèle Kramer 8180 de 12 t avec un godet neige de 3 m3. “ Depuis 8 ans, nous vendons et louons ces chargeuses à châssis fixe et roues directrices. Rien à redire sur leur fiabilité. En parallèle nous complétons notre parc par des chargeuses articulées Yanmar avec leur essieu arrière oscillant”, rappelle encore Paul David.

On vend ce que l’on loue

Le positionnement du loueur distributeur reste assez classique dans sa vocation à louer en priorité ce qu’il vend. En mettant en avant l’exigence et l’efficacité technique d’un distributeur pour un matériel bien défini et bien entretenu. “ La pertinence technique se retrouve comme premier objectif dans tous les métiers que nous touchons ou que nous abordons. Comme aujourd’hui la manutention industrielle. Au travers de la distribution et location de chariots à mâts. Yale pour Isermat Manutention et Hyster depuis le rachat de Marcelli. Cette complémentarité de produits renforce notre présence dans l’industrie. Secteur que nous connaissons déjà bien avec nos nacelles et chariots télescopiques. Sans oublier notre activité bungalows Containex avec un millier de modules à louer. Gérés depuis une plateforme dédiée à Grenoble”, détaille encore Paul David

L’enjeu du loueur dans un marché de plus en plus concentré sera de maintenir une structure en capacité d’entretenir ses machines pour garantir leur bon état opérationnel. Un enjeu d’autant plus important qu’un grand virage technologique est en train de s’opérer avec l’électrique.

«  Si ces énergies alternatives comme l’électrique sont déjà bien assimilées dans le monde industriel, cela est encore naissant dans le TP. En termes de maintenance, à ce jour, il n’est par exemple pas encore évident d’avoir des certitudes sur les habilitations à acquérir pour anticiper sur les futurs besoins des techniciens. Et si j’ai franchi le pas l’électrique, pour répondre à des demandes spécifiques, je pense que nous allons être surpris par la vitesse de cette transformation métier ”, conclut Paul David.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

trois + 14 =