Rokbak entre en piste

179
Désormais dans l'univers Volvo, Rokbak (ex Terex Trucks) renaît de ses cendres avec des tombereaux articulés fiabilisés, par une transmission ZF ou NAF, moteurs Scania... la prochaine étape sera l'arrivée d'assistances électriques dans une nouvelle cabine et plus tard de nouvelles plateformes.

Fini les préjugés sur une image de marque vieillissante et perfectible. Rokbak tire un trait sur le passé, sans concession sur la fiabilité. Conforté par les capitaux suédois de Volvo, le spécialiste du tombereau articulé veut se refaire une place au soleil sur les chantiers du monde entier. En Europe aussi où la compétition est hard. En France, pour l’instant, trois concessionnaires mettent en musique la relance du constructeur écossais.

Ça fait bien 20 ans que je n’avais pas mis les pieds à Motherwell, à côté de Glasgow en Ecosse. De l’extérieur, l’usine n’a pas vraiment changé. Elle date des années 50 quand l’américain GM décide de s’implanter en Europe dans le cadre du plan Marshall d’après guerre. Les grosses évolutions se trouvent à l’intérieur, pour la production et surtout la motivation des équipes. Car le « state of mind » de Volvo est désormais bien présent et ça se sent.

Durant les 7 ans de transition jusqu’à la création de Rokbak en 2021, le passage de témoin s’est fait en douceur, à la méthode suèdoise. Un délai nécessaire pour apporter sa culture de la qualité, de la sécurité et de la durabilité. Avec au passage un gros investissement de 35 M£ (40 M€), pour gagner en productivité et en fiabilisation de produits. Lors de ma visite, j’ai pu constater que le suédois avait réellement mis une touche de modernité. Notamment en découvrant ces deux impressionnants robots de soudure qui prennent des bennes complètes de 30 ou 40 t d’articulés. En gagnant au passage 35 % de temps et d’énergie sur du fait main. Ils auront coûté la somme de 2,5 millions de livres (2,9 M€). Ou encore le pliage de tôles en Quard 400 par une presse de 1000 t.

Le Dig Tour 2024

Mais le plus important pour les presque 500 salariés, c’est la volonté de Volvo de leur assurer une vision sur le long terme, tant sur la faisabilité d’un projet de reconquête de marché que sur le développement de nouveaux tombereaux répondant aux enjeux de la transition énergétique.

« Ce qu’il faut bien comprendre dans cette reprise, c’est que Volvo veut préserver notre ADN historique. Celui d‘un faiseur de tombereaux articulés robustes, simples et efficaces. Confirmant ainsi notre positionnement sur le marché de constructeur « cost effective », c’est-à-dire offrant un bon retour sur investissement sur des tombereaux efficaces dans les conditions de roulage extrêmes ! », assure Guy Wilson, directeur des ventes, 18 ans de Volvo dont 9 ans chez Rokbak. N’oubliant pas de rappeler au passage que Rokbak avec le chinois SDLG sont les deux seules marques existantes dans le groupe Volvo, les autres acquises furent absorbées.

Contraintes et opportunités

Les marchés phares pour l’écossais qui annonce pouvoir atteindre en capacité entre 800 et 1 000 tombereaux articulés et rigides, tournant plus actuellement sur les 4 à 500 unités (3 shifts sur 4 jours) restent ceux de l’époque de Terex Trucks. Soit en premiers, les États Unis, l’Indonésie, la Nouvelle Zélande et l’Australie, l’Europe de l’Est et les pays émergents, Afrique et Moyen Orient. L’Europe de l’ouest étant historiquement couvert mais le constructeur recherche de nouveaux concessionnaires. En France, on retrouve, Manu Lorraine et Manu Alsace, Griset Matériel et Framateq Sud-Est.

Pour découvrir le reportage complet, avec la visite de la chaîne de montage des tombereaux articulés de 30 et 40 t, les RA30 et RA40, et des rigides Volvo de 100 t, rendez vous sur le site de TP Aménagements pour vous abonner : https://tp-amenagements.fr/magazines/

Un peu d’histoire…

L’histoire commence en 1924 avec la construction par Euclid de la première décapeuse tractée, puis le développement du premier camion de chantier en 1934 par Euclid Road Machinery. En 1950, l’usine de production de camions de chantier s’installe à Motherwell à côté de Glasgow en Ecosse, rapidement acquise par General Motors dès 1953.

En 1968, la branche matériels de terrassement de GM passe sous le nom Terex, du latin ‘Terra’ (terre) & ‘rex’ (roi). Le premier tombereau articulé date de 1982, Terex devient une marque indépendante en 1987. Terex Trucks prend la couleur blanche en 1998 et le 1 000ème exemplaire sort des chaines en 2005. Le rachat par Volvo est effectif en 2014 et la marque Rokbak apparaît en 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

9 − 6 =