TP : laissez-nous travailler !

81
TP et Covid-19
Les TP montent une nouvelle fois au créneau pour demander la reprise de toute la filière de la construction et faciliter la reprise avec des approvisionnements qui fonctionnent

Premier métier à s’être organisé pour reprendre leur activité, les TP réclament une implication forte de toute la chaîne logistique ! En Auvergne-Rhône-Alpes, comme partout ailleurs, il est désormais essentiel de lever les derniers freins logistiques, notamment les approvisionnements en masques.

blank

Trouver des masques reste encore une problématique majeure. Même si la situation s’améliore grâce à la mobilisation de l’outil de production local. Ou des initiatives comme celle du Conseil Régional avec 100 000 masques destinés aux entreprises du BTP (- de 20 salariés). Les lieux de distribution seront les Fédérations Départementales du BTP, les CAPEB départementales et la Fédération Régionale des Travaux Publics.

L’approvisionnement, les raccordements provisoires de chantiers, l’ouverture des déchetteries restent également des points de blocage à lever. 

blank

Qui pour compenser les surcoûts

Pour faire face aux surcoûts de chantiers lié à la crise sanitaire, le BTP en appel à une certaine solidarité. Surtout pour assumer une situation rendue complexe : distanciation social ; nettoyage des bases vie ; achat de masques et de gants ; rotations supplémentaires des camionnettes et VUL ; mobilisation des personnels, prolongation des frais financiers. Autant de paramètres faisant baisser la productivité…

La Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce une enveloppe de 15 millions d’euros dédiée aux surcoûts sanitaires de ses chantiers en cours.

Impliquer les décideurs publics

La profession appelle aussi à lever des arrêtés municipaux interdisant les travaux pendant la période de confinement. Les Organisations Professionnelles appellent au soutien des EPCI et des collectivités, à la bienveillance des citoyens afin d’éviter un retard qui pénaliserait la reprise d’activité et l’emploi local.

La crainte d’un essoufflement de la commande publique locale est en effet bien réelle et pourrait se produire au plus mauvais moment. Il est nécessaire de lancer de nouveaux projets pour éviter un « trou d’air », dès la fin de l’été, qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur la santé économique de la filière.

De ce fait, les Organisations Professionnelles souhaitent que dans les communes qui ont pu élire l’ensemble de leurs conseillers municipaux, l’installation et le fonctionnement des nouveaux conseils (élection du Maire, désignation des commissions d’appels d’offre et travaux notamment, élection des délégués communautaires) puissent très rapidement être engagés afin de permettre les décisions de travaux nécessaires aux équipements publics. Dans le même objectif, une réflexion doit rapidement s’ouvrir sur le soutien de l’Etat à l’investissement des collectivités locales.  

Mais aussi le privé

Les Organisations Professionnelles demandent aussi aux particuliers qui ne sont pas à risques et aux entreprises d’ouvrir leur porte aux artisans et entreprises du BTP afin qu’ils terminent les travaux initiés ou qu’ils en engagent d’autres… « Il en va de la santé économique du BTP et de ses emplois ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

huit + cinq =