Broyeur Impaktor 250 EVO, un «success model» pour Arjes

652
Adam Banasiuk, responsable des ventes, Arjes devant l’Impaktor 250 EVO II.

Présenté comme le « meilleur rapport prix-performance » de sa catégorie, l’Impaktor 250 EVO d’Arjes est le broyeur multi usages qui permet aussi bien de traiter le béton, l’enrobé, que du bloc.

Le Dig Tour 2024

Le fabricant allemand Arjes fait partie des spécialistes de broyeurs lents à double rotors, ultra mobiles. Son dernier modèle arrivé sur le marché, l’Impaktor 250 EVO II, intègre une combinaison d’avantages sur sa mobilité. Son châssis hydraulique sur chenilles est abaissable pour être transporté sur camion ampliroll, chargé dans un container ou remorqué, sans autorisation spéciale. Sa capacité de franchissement sur terrains accidentés est garantie grâce ses chenilles. Selon le fabricant, plus 1300 unités sont déjà sorties de ses usines. 

Marché cible, la démolition 

Arjes vise la démolition avec son Impaktor «Le modèle EVO se caractérise par un système rapide de remplacement des rotors, un nouveau contrôleur innovant ainsi qu’un design unique des rotors qui élargit encore ses domaines d’application», explique Adam Banasiuk, responsable des ventes chez Arjes, notamment en France. 

JCB 18Z

Au-delà de ses atouts mécaniques, son coût également, fait de ce broyeur, l’un des modèles les plus vendus actuellement. En France, Arjes s’appuie sur un réseau de distributeurs composé de Hydraulique Equipements Services, Propel, Mecasoude, Starloc ou encore Codimatra (qui fait aussi de la location) qui, à eux 5, couvrent tout le territoire. 

Broyeur primaire mais pas élémentaire 

«Copié mais jamais égalé, lance fièrement le responsable. Lors de la présentation du broyeur Impaktor 250 il y a 5 ans sur la Bauma, beaucoup s’étaient montrés sceptiques, disant que ça ne pouvait pas marcher. A cette époque, personne ne recyclait du béton avec un broyeur mais plutôt avec un concasseur à mâchoires. Pour autant, notre système de rotors lents fractionnent et réduisent non seulement le béton mais beaucoup d’autres types de matériaux» 

Côté consommation, l’Impaktor 250 de 13,5 t demande moins d’énergie qu’un concasseur, d’où un moteur plus petit, un Volvo Penta diesel Stage IV. La productivité de la machine est annoncée à 100 t/h. 

Du broyage au recyclage 

Le broyeur doit aussi son succès à sa polyvalence. Une fois le béton broyé un aimant permanent sépare efficacement les matériaux ferro-magnétiques. Au final, le béton pourra être directement valorisé sur place ou transporté sur une plateforme. Le matériau pourra également être traité sur place grâce à une plateforme de criblage pour être revendu. 

«Pour les exploitants de plateforme, le broyeur est doublement intéressant puisqu’ils sont déjà rémunérés pour le matériau entrant qu’ils pourront alors recycler et revendre. C’est tout bénéfice», souligne le responsable. En option, Arjès propose de compléter le broyeur par un crible compact, ce qui permettra alors la séparation rapide en un seul passage du flux selon deux fractions possibles (0-20/20-60 mm). 

V. Velez 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

4 × deux =