LaBounty, ça fait plus que durer !

228
cisaille LaBounty Prowimat Daddi Frères Liebherr Caterpilla
Plus de 10 ans de découpe pour cette cisaille LaBounty MSD2500R de 6,7 t chez Daddi Frères à Marignane (13).

Dire qu’une cisaille LaBounty tient le coup, c’est un doux euphémisme ! Prenez le cas du récupérateur des environs de Marseille, Daddi. Il exploite 3 cisailles LaBounty. Dont la plus grosse, une MSD 2500R, une belle bête de 6,7 t, découpe depuis 10 ans des grosses ferrailles avant leur passage en presse. Sa force de coupe ? 1 350 t en fond de gorge de mâchoire. Sous nos yeux, elle découpe en 2-3 mouvements deux carcasses de bulls.

En découvrant avec l’équipe de Prowimat, le distributeur régional LaBounty, le site de Daddi Récupération à Marignane (13), vous savez à qui vous avez à faire. Des stocks impressionnants de métaux ferreux ou non. Un bâtiment complet dédié au tri mécanique des PAM et D3E. Un balai incessant de pelles de manutention, sur fûts ou sur pneus pleins, chargeant le broyeur ou la presse cisaille Lefort. Des norias de camions défilent aussi sous nos yeux, déchargeant quantités de matières ou récupérant celle triée et valorisée. Ou mises en balles à destination de l’aciérie de Fos-sur-Mer.

On traite 500 t par mois de ferrailles sur notre site. Nous faisons également pas mal de déconstruction en chantiers extérieurs. On découpe de la grosse grue portuaires. Ou des bâtiments industriels de toutes tailles. Pour cela, on utilise une pelle Liebherr LH30 équipée avec une cisaille LaBounty MSD1500R en bout de balancier. Au choix, elle peut recevoir un grappin ou un panier”, explique Hervé Daddi qui dirige avec son frère Thierry l’entreprise familiale.

tyrelease Euromaster

Sur le site, l’activité bat son plein. Pelles, chargeuses et chariots de manutention jouent des coudes pour manutentionner, découper, traiter, mettre en stock en fonction de la typologie de matière.

Les chalumistes en moins

A l’entrée, place à la découpe mécanique des plus belles pièces. Boîtes de vitesses, moteurs électriques, jusqu’aux châssis de poids lourds ou d’engins ! Pour réduire la pénibilité et gagner en productivité, Thierry et Hervé Daddi ont investi en 2010 dans une grosse cisaille LaBounty de 6,7 t. Sur une pelle Cat 330C en bout d’une flèche de 6,50 m.

Après 10 ans de bons et loyaux services, l’ensemble tourne toujours bien. Elle déchiquette de bons gros morceaux de ferraille. Même si depuis 2 ans, la grosse presse cisaille Lefort de 1 450 t réduit l’utilisation de cette cisaille LaBounty. Mais elle continue à faire son boulot sans rechigner. On lui a même donné un bon coup de pinceau pour lui redonner ses couleurs d’origine. 

Et comme pour ses deux autres modèles de cisailles, une MSD1500R de 3 t et de 1 000 t de force de coupe ou la 7R de 500 kg, la MSD2500R fait l’objet d’un entretien suivi. Outre un graissage quotidien avant de démarrer le travail, les cisailles font l’objet d’un check up visuel. C’est le niveau d’usure des lames de coupe qui est regardé en premier. Car il faut être particulièrement vigilant au respect du jeu entre la mâchoire du haut et du bas. Sinon le risque est un blocage assuré au moment d’un cisaillement.

L’espace entre le haut et le bas de la mâchoire doit être de 0,25 mm. Avec l’usure des lames de coupe, on doit rattraper un jeu trop grand par des cales spéciales. Et quand les lames de coup sont usées au ¾, on peut les retourner 2 à 3 fois. Nous gérons un stock permanent de pièces d’usure en atelier”, nous explique le chef d’atelier de Daddi Frères.

ça coupe nette

Pas besoin d’autres explications quand on voit avec quelle facilité cette MSD2500R à tête rotative attaque les monstres de ferrailles. Il faut dire que sa force de coupe est de 1350 t. C’est sûr qu’en comparaison de la grosse presse cisaille Lefort de 1450 t, cela peut paraître étrange. Mais le travail d’une presse cisaille n’est pas du tout la même chose. Puisqu’elle va travailler sur l’ensemble de la surface de matière à découper, soit sur une grande largeur. Et non pas sur un point de coupe précis comme une cisaille mobile adaptée sur porteur.

Pour alimenter la MSD2500R, le débit hydraulique de 350 bars, ce qui est le standard sur une pelle. Seules les Hitachi par leur système hydraulique Trias monte à 380 bars. Après cela pourrait devenir dommageable pour la cisaille. Autre avantage de la conception LaBounty, un vérin central plus court et de grosse section. Ce qui permet de réduire la longueur du bâti et d’améliorer le centre de gravité. Ce dernier reçoit une speed valve qui va accélérer la fermeture au moment du contact avec la matière. Et gagner en temps de cycle.

Dans les détails qui comptent également, la forme arrondie de l’axe de rotation de la mâchoire laissant glisser la matière. Sans oublier le fameux bec de perroquet qui favorise l’effet de cisaillement. Enfin, avec un double guide latéral qui assure un rattrapage des efforts latéraux de la mâchoire lors de son ouverture et sa fermeture. “ En tous les cas, le retour d’expérience est plus que positif avec 10 ans d’exploitation sans trop de gros pépins. Mais une grande vigilance sur leur entretien quotidien. Comme on dit, il faut mieux prévenir que guérir à grand coups de frais !” assure Hervé Daddi.  

blank
L’activité du site de Daddi à Marignane bat son plein en permanence

MSD7R  MSD1500R    MSD2500R

Poids(kg)                                500      3000    6700

Ouverture mâchoire (mm)       280      560      790     

Porteur en bout de flèche (t)      3          18        30       

Porteur en bout de balancier (t)  7          30        50       

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

huit − six =