Engins zéro émission : électrique hybride ou hydrogène ?

924
engins zéro émission
©SaMoTer

Le premier webinaire avant SaMoTer abordait la thématique des engins zéro émission. Une question essentielle aujourd’hui avec la transition énergétique. Mais, quelle est la meilleure solution pour les engins de chantier ? Electrique, hybride ou hydrogène ?

Le Dig Tour 2024

Samoter aura un espace dédié à la transition énergétique. C’est actuellement un défi technologique majeur avec à la fois de grandes perspectives mais aussi des problématiques importantes. Et, les fabricants redoublent leurs efforts pour développer de nouvelles solution. Mais, aujourd’hui, aucune ne prévaut une autre comme le soulignent différents acteurs.

Ainsi, comme l’explique Giovanni Pellizza, directeur Marketing chez JCB « D’après notre expérience nous avons vu que l’électrique est la solution pour les machines compactes. Et nous disposons aujourd’hui d’une large gamme entièrement électrique et vendons 1 000 pelles électriques par an. Pourtant, pour les moyens-gros engins, la problématique de l’autonomie de fonctionnement et des dimensions des batteries se pose au premier plan. C’est pourquoi nous développons depuis deux ans la technologie hydrogène ».

  • Hydrokit caméra TPA
  • kobelco sk75

L’hydrogène, une solution mais pas immédiate

L’hydrogène semble donc être une nouvelle piste pour les engins zéro émission. Et pourtant, il n’est à l’heure actuelle pas si durable que ça. En effet, son développement nécessite des infrastructures, de la demande, des investissements… comme toute innovation.

« La durabilité n’est pas facile, ni immédiate, mais elle peut et doit être atteinte », a déclaré Marco Paredi, directeur de l’unité commerciale Trencher Tesmec. Comme il l’indique, dans certains pays européens, les machines devront être électriques dès 2025 pour travailler en zone urbaine. Aussi, le processus d’électrification ne peut pas être arrêté. « Cependant, à notre avis, d’autres pistes ne doivent pas être exclues. Par exemple, le biodiesel est une solution déjà et immédiatement disponible, et elle est conforme aux objectifs de durabilité et d’économie circulaire

« Nous avons adopté la philosophie électrique dans la conviction qu’il s’agit de la meilleure solution possible en milieu urbain. Nous avons donc déposé des brevets et construit des prototypes. Mais, pour développer nos accessoires, les engins doivent aussi être véritablement électriques et équipés de batteries performantes. » ajoute Fabio Ghedini, gérant de Ghédini Attachments.

« Si l’ensemble du marché était hybride, ce serait un résultat impressionnant ».

Toutefois, comme le souligne Emanuele Viel, chez Komatsu : « Nous devons tous lutter contre le changement climatique. Mais il convient également de noter que les machines sont responsables des émissions dans une mesure limitée. » L’objectif de la politique environnementale de Komatsu suit les recommandations des Nations Unies. Aussi, le fabricant veut réduire les émissions de CO2 d’ici 2030 de 50 % et de 100 % d’ici 2050. Il faut donc intervenir sur les machines, les technologies, mais aussi sur les procédés et les usines. « Alors que l’hydrogène jouera un rôle fondamental à l’avenir, Komatsu pense que le présent est hybride. Cette technologie, par rapport aux systèmes conventionnels, réduit les émissions en moyenne de 30 %. Si l’ensemble du marché était hybride, ce serait un résultat impressionnant.»

Les travaux pour obtenir des engins zéro émission avancent donc. Mais de nombreuses questions restent en attente de réponse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

cinq × 2 =