A79 : le convoyeur de tous les défis

326
chantier-a79-rcea-travaux-bande-transporteuse-a-toulon-sur-a_5106598
Une bande de 1,7 km, acheminant quelques 1,2 million de m3 de matériaux évitera 160 000 camions sur la route

Sur le projet autoroutier de l’A79, dans l’Allier, Eiffage déroule une bande transporteuse de 1,7 km. Acheminant 1,2 million de m3 de matériaux, destiné à un remblai autoroutier de 5 à 6 km. Une alternative supprimant 160 000 camions sur le route !

Sturno offre d'emploi

Les chiffres parlent d’eux mêmes. Cette bande transporteuse qui enjambe une route départementale, une nationale et une voie ferrée, permettra d’éviter 160 000 camions en charge, soit 320 000 rotations. Ce qui correspond à environ 1 million de litres de gasoil d’économisé. Tout en décongestionnant le giratoire du Larry sur la RN7 qui enregistre un trafic de 10 000 véhicules/jour.

Pour approvisionner « classiquement » ce tronçon du chantier de l’A79 sur le délai imparti, les cadences auraient été de 5 à 6 000 m3 de matériaux à transporter par jour. Soit 1 200 camions par jour. La route ainsi évitée, ce convoyeur assure une liaison constante de la carrière des Proux à Toulon-sur-Allier jusqu’à une zone de dépotage. Soit sur 1,7 km. À la réception, les matériaux sont transportés par des pistes de chantier par des tombereaux articulés. Une chargeuse Cat 988 doit assurer les cadences d’approvisionnement.

Il n’est forcément pas courant de mettre en œuvre un tel dispositif alternatif pour le transport de matériaux sur un chantier à durée limitée.

Andréa NIAMIEN, EIFFAGE

A l’extraction, deux pelles Eiffage de 90 t extraient des matériaux bruts. Qui sont traités en suivant à la chaux ou au liant hydraulique avant leur convoyage. Ce qui permet une mise en œuvre directe sur le remblai autoroutier. L’autorisation d’extraction de la carrière est de 3 millions m3 sur une surface d’emprunt de 15 hectares. La nature des matériaux est un sable à tendance argileuse (classification GTR B5 – B4).

Le remblai autoroutier de l’A79 se situe dans un vallon alluvionnaire, à tassement immédiat. L’Allier faisant partie des deux rivières en Europe à connaître un débit supérieur en souterrain qu’en surface

Régularité assurée

C’est la société Techmi qui a en charge la mise en place du convoyeur. Les études de coûts, de faisabilité et d’implantation proviennent des services d’Eiffage. Cette installation a nécessité des autorisations d’occupation de sol temporaires sur domaines privés. De même pour des raisons de sécurité, les sections de franchissement de routes, RN7 et voie SNCF, reçoivent un capot de protection.

Au niveau conception, un support de bande de 1 m de large permet d’offrir l’espace nécessaire à un accès piéton sécurisé sur tout le linéaire. Au niveau de sa géométrie, le profil en long du convoyeur se découpe en plusieurs tronçons. Avec plusieurs successions de trémies de reprise. Ceci pour atténuer le relief. Et franchir successivement, en partant de la carrière, la D989, 800 m de prairies, la RN7, une voie SNCF Paris Clermont Ferrand, en respectant une hauteur de 14 m au-dessus du sol.

Le fonctionnement de cette bande transporteuse est totalement automatisé. Avec des caméras et des systèmes d’alerte en service tout le long de la RN7. Sa vitesse d’exploitation actuelle est de 2,7 m/s, ce qui autorise un rendement d’alimentation de 700 m3/h. Alors que dans les études initiales, la vitesse initiale imaginée 2 m/s. On le voit bien, tout marche comme sur des roulettes pour Eiffage !

Le convoyeur évitera la production d’environ 3.000 tonnes de CO2 sur la durée du projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

5 + 6 =