infra2050 : 4 projets innovants en Isère, Rhône, Doubs et Gironde

232
En 2023, le département des Pyrénées-Atlantiques a mis à disposition du Projet National Dolmen un ouvrage maçonné destiné à la déconstruction. L’ouvrage a ainsi été qualifié, calculé, instrumenté puis chargé progressivement jusqu’à une masse totale de 360 tonnes, avant sa déconstruction.

Le pôle de compétitivité des infrastructures et de l’aménagement des territoires infra2050 a mis en avant quatre projets innovants : les « chaussettes à béton » pour fondations spéciales CHAB Solutions, les revêtements à faible impact environnemental de la voie verte « Doubs à vélo », l’outil numérique pour la gestion du patrimoine en pierre Dolmen, et ValoSed ou la valorisation des sédiments marins en production de béton écologique, sans ciment. Leurs points communs ? La coopération et la co-construction entre acteurs qui n’ont pas forcément l’habitude de travailler ensemble.

La chaussette textile

Elle vient en lieu et place des traditionnels tubes acier, qui grâce à son extensibilité permet de la placer autour d’une cage d’armature. Mais aussi de retenir le béton évitant les pertes dans les zones de vide. « Sur certains chantiers, lorsque le tubage n’est pas prévu, c’est entre 40 ou 50 % de surconsommation de béton. Ce qui représente un coût financier ainsi qu’un réel risque d’impact sur les sols si l’on se trouve au début d’une nappe phréatique, » indique Olivier Balas, cofondateur de CHAB Solutions à Saint-Romain-de-Popey (69).

L’innovation présente aussi un atout en termes de sécurité pour les opérateurs (pas de manipulation lourde), ainsi qu’en termes de logistique. « 50 mètres de chaussettes correspondent à un petit rouleau de textile qui se transporte dans un sac de sport, alors que pour 50 mètres de tube acier, il faut une semi-remorque ! », précise l’entrepreneur. Et côté durabilité, «pour un chantier moyen de 40 pieux avec 80 tonnes de tubes d’un côté et 600 kg de chaussettes de l’autre, on obtient 180 tonnes

Le dig tour 2024

Revêtement à faible impact

Il s’agit de la voie verte pour vélos dans le Doubs (25), située en plein cœur d’une zone Natura 2000. Réalisé sur l’ancienne voie ferrée et inauguré en juin 2023, le tronçon de 8 km fait la part belle aux matériaux innovants. « L’innovation tient tout autant à l’organisation de l’opération qu’à son caractère techniqu» indique Florence Rogeboz, d’Ecorse TP à Besançon.

  • Sur un premier tronçon, l’entreprise Colas a appliqué son revêtement Mineralith, à base de sable et de liant organominéral, sans bitume. Ce liant soluble à l’eau est sans produits organiques volatiles dans la nature.
  • 2 kms utilisant Naturstab (Bonnefoy et Roger Martin), un liant d’origine végétale, améliorant à long terme la tenue des sols en sable stabilisé concassé ;
  • 1,6 km a fait appel à un enrobé froid sans liant bitumineux Decovia, intégrant du latex naturel solidarisant les granulats entre eux. Procédé développé par l’entreprise locale Vermot TP.

«Un chantier sans émissions de carbone, sans énergie fossile. L’investissement du département est de 1,2 million d’euros» 

Gestion du patrimoine

Le Projet National Dolmen est un programme derecherche collaboratif qui rassemble 65 partenaires du domaine du génie civil (maîtres d’ouvrages, ingénieries, entreprises de travaux, industriels, organismes de recherche). « Sous la responsabilité du ministère de la Transition écologique et suivi par l’IREX, ce projet lancé en juillet 2021 pour une durée de 4 ans bénéficie d’un financement de 2,1 millions d’euros » souligne précise Sten Forcioli, ingénieur géotechnique, responsable des agences Alpes, adjoint référent ouvrages en maçonnerie de pierres Géolithe à Crolles (38).

Il vise à progresser dans la compréhension du comportement des constructions de génie civil (ponts, soutènements, quais, digues, barrages, tunnels, canaux, conduites, etc.) en pierre et brique. L’objectif est d’assurer leur maintenance et rétablir la maçonnerie dans le catalogue des techniques de construction contemporaines. « C’est pour ressusciter ce savoir qu’est né le projet de recherche national Dolmen ! » ajoute l’ingénieur géotechnique.

Chantier démonstrateur d’Osserain (64) – Reportage réalisé par TP Aménagements n°50 Nov/Dec 2023

En 2023, le département des Pyrénées-Atlantiques a mis à disposition du Projet National un ouvrage destiné à la déconstruction.

Ce chantier, qui a mobilisé une vingtaine de partenaires, constitue une opportunité rare pour la communauté scientifique et technique de gestionnaires, ingénieurs et chercheurs de disposer d’un démonstrateur. L’ouvrage a ainsi été qualifié, calculé, instrumenté puis chargé progressivement jusqu’à une masse totale de 360 tonnes, avant sa déconstruction.

« Cette première phase est un succès ! » souligne Sten Forcioli. « Ces nouvelles données feront progresser la caractérisation et le calcul mécanique et environnemental des voûtes en maçonnerie, au plus près de leur fonctionnement réel. »

Cette action a sollicité près de 360 k€ de budget dont 60 % d’apport en nature des partenaires et un financement de la part de la fondation FEREC (Fondation d’Entreprise pour la Recherche Collective pour la construction et les infrastructures).

Sédiments marins en béton écologique

Chaque année, 9 millions de m3 de sédiments sortent de la Gironde, dans le Bassin d’Arcachon (33), à Bayonne (64) et à La Rochelle (17). A ce jour, ces matériaux repartent en mer ou mis en stock sur le sol à Arcachon. En parallèle, la demande croissante en matériaux de construction risque de conduire à l’épuisement des ressources naturelles.

«Initié en 2019 par l’Université de Bordeaux, le Grand Port Maritime de Bordeaux et la FNTP, le projet ValoSed labellisé en 2021 par le cluster Odéys de Nouvelle-Aquitaine, permet de créer des formulations bétons écologiques», précise Aurélie Lecanu, directrice du pôle maritime et cours d’eau au Syndicat Intercommunal du bassin d’Arcachon – SIBA à Arcachon (33).

Les sédiments constritués en moyenne à 80% de vase se transforment en liant par géopolymérisation, en rajoutant du sable, selon des pourcentages variables pour représenter les fractions granulométriques présentes dans l’estuaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 × quatre =