Les travaux de l’écluse de Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt attribués

178
Ecluse Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt
Ecluse Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt ©Ateliers 2/3/4/

La société du Canal Seine-Nord Europe a notifié le premier des trois lots du marché de travaux de l’écluse de Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt. Celui-ci a été attribué à un groupement de 8 entreprises dont le mandataire est Bouygues Travaux Publics Régions France SAS. Ce marché s’exécutera sur une durée prévisionnelle de 55 mois pour un montant total de près de 96 millions d’euros HT. Le début de ces travaux est prévu ce premier semestre 2024. 

Le chantier de l’écluse

Le Dig Tour 2024

Le lot 1 du marché concerne l’ensemble des travaux et prestations associées nécessaires à la réalisation de l’écluse de Montmacq-Cambronne-lès-Ribécourt. Pour préciser il s’agit des travaux de terrassement (pour un volume d’environ 200 000 m³) jusqu’à la mise en service des équipements hydromécaniques, en passant par la construction du génie civil (avec un volume de béton structurel estimé à environ 38 000 m³ et plus de 4 100 tonnes d’armatures), la fourniture et la pose d’équipements, ainsi que les études et fabrications nécessaires. 

Les dimensions du sas de l’écluse de Montmacq-Cambronne-lès- Ribécourt seront de 195 mètres de longueur utile et de 12,50 mètres de largeur utile. Ainsi, ils seront cohérents avec le gabarit des écluses existantes sur la rivière Oise navigable à l’aval. L’écluse pourra accueillir les bateaux jusqu’aux convois poussés de barges de 185 m de longueur et 11,40 m de large (dit « classe Vb CEMT 92 »), de tirant d’eau de 3,00 m (ou enfoncement) d’une capacité d’emport de 4 400 tonnes de marchandises, soit l’équivalent de 220 camions. Par ailleurs, elle permettra à ces bateaux de franchir un dénivelé de 6,41 mètres en 30 minutes (cycle complet entrée sassement sortie). 

JCB 18Z

En plus de l’alimentation en eau du Canal et du fonctionnement de l’écluse, le système de pompage a été conçu contribuer à la lutte contre les crues exceptionnelles de l’Oise. Il stockera donc temporairement l’eau soutirée, dans les différents biefs du Canal. 

Les lots « Bâtiment – Corps d’état secondaire » et « Plateforme écluse, paysage et revêtements de sol, métallerie » feront l’objet de procédures de consultation distinctes ultérieurement. L’esplanade de l’écluse abritera d’ailleurs un verger-conservatoire d’arbres fruitiers, reprenant la tradition des vergers attenants aux maisons éclusières. 

Le report modal, une volonté du maître d’ouvrage 

Le transport fluvial est une solution majeure de décarbonation des transports. Et, c’est la raison d’être du Canal Seine-Nord Europe et plus largement du réseau Seine-Escaut. La SCSNE a donc intégré dans ses marchés de travaux la mise en place d’une solution logistique de report modal de fournitures pour le chantier de la route vers le fluvial et le ferroviaire.

Ces deux modes de transport massifiés sont complémentaires, et permettront de diminuer significativement l’empreinte carbone du chantier. En effet, grâce à cet engagement contractuel, ce sont près de 37 000 tonnes de fournitures qui ne seront pas transportées par la route. Et, environ 100 000 tonnes de granulats béton seront approvisionnés depuis une distance de moins de 100 km du chantier. 

Un groupement ancré dans la région des Hauts-de-France 

Le groupement d’entreprises et ses sous-traitants désignés compte quatre entreprises basées dans les Hauts-de-France. En effet, on retrouve : Bouygues Travaux Publics Régions France SAS à Marcq-en-Baroeul (59), John Cockerill à Grande-Synthe (59), Ramery à Erquinghem-Lys (59) et Claisse Environnement à Saint-André-lez-Lille (59). Cette composition témoigne de la capacité des entreprises régionales à s’imposer sur des marchés caractérisés par une haute technicité. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

un × 2 =