Piloter à distance une pelle de 50 t, partant ?

161
Opérateur Bianco pilotant à distance à partir d'une télécommande avec commandes en croix sa pelle de 50 t pour monter un enrochement bétonné par la suite

Les gars qui ont pu tester le pilotage déporté sur deux 50 t, une 30 t Cat et trois chenillards de Bianco ne sont pas sûrs de vouloir remonter un jour en cabine. L’idée de bosser comme au bureau n’est pas pour leur déplaire !

L’histoire n’est pas banale. En octobre dernier, Servimeca, un hydraulicien du Nord-Isère reçoit une demande de pilotage par télécommandes de grosses pelles hydrauliques. Rien de surprenant pour ce spécialiste qui en fait régulièrement pour des grues sur camions. Mais là où le dossier sort du quotidien, c’est que le client, un gros terrassier des Alpes, l’entreprise Bianco, filiale de Razel doit traiter en urgence (deux mois, y compris les fêtes de fin d’année) une partie de l’éboulement survenue en Maurienne. Ceci afin de soulager la pression exercée sur une ancienne galerie maçonnée SNCF. A la clé, 16 000m3 de blocs à déblayer et un enrochement à créer pour protéger l’ouvrage. Par contre, interdiction formelle de faire intervenir des équipes dans ce cône d’éboulis non stabilisé.

Le volume et le délai nécessitent une grosse mobilisation de moyens avec un atelier de terrassement composé de 3 pelles, deux 349F Cat dont une en mulet, une 330 t Cat et 3 dumpers sur chenilles Morooka. Le hic, c’était de dénicher un fournisseur capable de réagir dans délais incroyablement courts pour transformer ces machines. Cela excluait en tous les cas la fourniture de postes déportés comme on peut l’imaginer, c’est-à-dire la reproduction exacte d’une cabine de pelles, avec sièges, commandes sensorielles et écrans de contrôle et bien évidemment le prix qui va avec.

Le dig tour 2024

L’alternative proposée par Servimeca rentrait dans les clous tant en délais qu’en prix mais aussi en simplicité. L’idée était de fournir des kits pré montés comprenant un ensemble de composants hydrauliques, le câblage et les télécommandes avec commandes en croix pour reproduire celles d’une pelle ou bien avec de simples palettes pour la marche avant/arrière des chenillards Morooka.

Le montage réalisé par les techniciens Bianco s’est fait avec l’assistance technique de Servimeca en l’espace de 3 semaines y compris une semaine pour les essais à blanc. Les gars volontaires pour cette opération commando ont été mobilisés pour un travail 7/7 j, sur 2 mois, les travaux ayant débuté le 12 décembre 2023 pour finir dans les temps avant fin janvier 2024.

Tour de contrôle

Dans un bungalow de chantier, face au chantier à une centaine de mètres, 5 postes de pilotage ont été installés, avec à chaque fois deux écrans, un pour la vision depuis la cabine et l’autre pour une vue d’oiseau retransmise en continu depuis un drone. Pour les chauffeurs engagés dans l’aventure, cette expérience est assez unique, notamment sur le fait de travailler les uns à côté des autres, dans un seul et même bungalow. Ce n’est pas forcément facile de passer du petit chez soi d’une cabine de pelles à une salle de réunion.

C’est surtout la distance visuelle pour travailler à flanc de montagne qui a été perturbant au départ, notamment pour positionner les pelles entre elles. Et puis manipuler un tel engin avec une simple télécommande entre les mains ce n’est pas forcément aussi facile. Aucun ressenti, ni de vibration pour juger du comportement de la pelle quand le godet rentre dans le dur ou qu’il va arracher un bloc. Ni même de repères pour positionner les blocs au bon endroit pour élever le mur d’enrochement.

Quand ne ressent rien quand on tire sur la manette, quand on a du mal à juger de l’inclinaison de la machine dans la pente et savoir rester stable, il faut déjà se mettre dans le bain et rester bien concentré. Pour s’aider, des postes doublés pour avoir toujours un collègue derrière soi. Malgré tout, grâce à une supervision permanente de qualité des drones et des caméras embarqués, complétée de l’expérience des travaux en montagne des pelleurs de Bianco, l’aventure s’est bien terminée, dans les temps, avec des machines télécommandées fiables tant en réactivité qu’en précision.

Servimeca a su donc répondre au challenge, un pari réussi pour tous les partenaires de cette opération hors normes. Ça lui donne même des idées de compléter ses différents services, en ventes de composants, réparation de moteurs et de vérins, en proposant de nouveaux concepts de cabine déportées. Affaire à suivre !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

2 + 7 =