Tapis « noir » pour NGE à Paris-Le-Bourget

41
NGE Bourget drone Aout2020 006
4 finisseurs Vogele de Siorat NGE travaillent de front sur la réfaction de la piste 03/21 de l'aéroport du Paris Le Bourget. Un premier marché prestigieux pour le groupe NGE

C’est une entrée remarquée du groupe NGE sur les plateformes aéroportuaires parisiennes gérées par ADP. Ce premier marché d’envergure concerne la réfection de surface de 1800 m de la piste 03/21, implantée Sud Nord, sur l’aéroport Paris Le Bourget. La force de frappe des grands projets NGE est ici fortement sollicitée.

blank

NGE a mis en place une organisation du type plan de bataille pour tenir ses engagements sur ce projet emblématique découpé en trois délais partiels. Avec, il va sans dire, aucune possibilité de décalage dans le temps. Car le monde aéronautique a ses règles, ses procédures, sa discipline. Ce qui fait de l’avion le mode de transport le plus sûr au monde. Avec un seul maître mot, l’anticipation du moindre risque. Ce qui veut dire pour l’entreprise entrante sur ce terrain de jeu, un mode opératoire et des termes techniques différents. Au final, une capacité d’adaptation à la pression constante, mais ça c’est plus classique dans les grands travaux d’infrastructures.

Ce chantier, nous l’avons préparé presque une année pour un délai d’exécution de 3 mois. Nous avons surtout dû appréhender un environnement réglementé et ultra sécurisé qui oblige à revoir notre organisation. Ne serait-ce que sur le plan logistique, avec à chaque fois des demandes d’autorisation d’accès pour chaque salarié, chaque transporteur, chaque fournisseur.

blank

Et quand vous franchissez le portillon de sécurité, vous devez continuer à rester vigilant à la circulation sur la plateforme et plus particulièrement des avions. Nous avons d’ailleurs profité de ce chantier pour développer une application interne à NGE, Red Light téléchargeable sur smartphone. Elle localise chaque véhicule et informe le conducteur sur les zones de circulation à risque en orange, interdite en rouge, et verte pour le reste… “, témoigne Yoann André, Directeur Grands Travaux NGE

Du neuf sur du très vieux

La construction de la piste 03/21 remonte aux années 45-46, pour une mise en service en 1951. Elle repose sur 50 cm d’une structure dite en hérisson. C’est-à-dire composée de moellons calcaires et de 10 cm de mâchefers, résidus d’incinérations. En surface, la couche dite de roulement plus liaison présentent une épaisseur variant de 9 à 11 cm sur les 30 mètres centraux. Et de 4 à 8 cm sur les bandes extérieures.

Cette ancienne technique de corps de chaussée consistait à poser des couches d’empierrement afin de la stabiliser sur sols marécageux. D’ailleurs, on retrouve trois canaux busés à différents endroits de la piste. Un d’entre eux a fait l’objet d’une réhabilitation par l’intérieur par une filiale de NGE, Rehacana. De même, une autre filiale, Bérengier Dépollution, prend en charge le risque pyrotechnique. Lié aux différents bombardements de la guerre 39 – 45.

Ce projet est l’expression même du concept du multimétiers NGE. Toutes les compétences du groupe se réunissent et sont solidaires. Moi-même en tant représentant de Guintoli, je gère et coordonne toutes les interfaces du chantier selon un planning commun à toutes nos filiales présentes.

 » Siorat TP, notre filiale des travaux routiers est logiquement en première ligne sur ce projet. Sa mise à contribution rentre dans cette même logique de grand projet commun. Tout comme EHTP, pour la partie des VRD, qui réalise en bordure des pistes, la mise à niveau de l’assainissement après rechargement en enrobés. Cela concerne aussi la mise en conformité aéronautique de 200 regards. Elle s’occupe aussi à créer les cheminements du nouveau balisage lumineux de 500 feux à leds (50 km de câblage posé par DCT Airports)”, reprend Yoann André.

Un phasage tendu

Réparti en 3 phases distincts, pour laisser la plateforme du Bourget opérationnelle à la circulation aérienne, ce chantier suit une méthodologie et un planning minutés. Première phase, le rabotage et reprofilage de la structure de chaussée existante sur des épaisseurs variables. Au point bas de la piste, le rechargement en enrobés atteint ainsi 40 cm. Cette phase se déroule avec 4 raboteuses routière Wirtgen WM2000 de France Rabotage, guidées en 3D par une station totale optique. L’objectif est d’obtenir la plus grande précision en profil en long comme en travers. Ce rabotage et rechargement concernent 1800 m de piste sur 60 m de large.

Le rechargement en béton bitumineux, exécutée en 2 couches, BBSG (Béton bitumineux semi-grenu) et BBA (béton bitumineux aéronautique) représente une surface de 130 000 m2. Cela nécessite la fabrication de 35 000 t d’enrobés. Pour ce chantier emblématique, NGE mobilise une centrale mobile encore assez unique en Europe, par ses capacités et sa flexibilité. De marque Astec 400, elle peut assurer une production jusqu’à 400 t/h. Elle est surtout capable d’accepter jusqu’à 50 % de recyclés.

 » Ici nous tournons à une moyenne de recyclés de 40 %. Ceci grâce à une conception avec un groupe de 2 prédoseurs pour la partie recyclés, capable d’accepter 2 fractions différentes. Et un autre de 4 prédoseurs pour la partie des granulats naturels. Un système breveté par Astec de double tambour sécheur permet à la fois de sécher les granulats et de les mélanger entre eux avec une injection dosée en  bitume à 5 %”, explique Philippe André, directeur matériel adjoint du groupe NGE. 

blank
Centrale mobile de production d’enrobés d’ASTEC, d’une capacité de 400 t/h

La mise en œuvre de l’enrobé est classique sur piste. 4 finisseurs travaillent de front réalisent la bande centrale puis dans un deuxième temps les bandes latérales. Ces finisseurs Vogële S2100 à table extensible travaillent à la poutre pour garantir le meilleur uni de surface. Derrière, 4 compacteurs double billes Hamm 140 exécutent leur va et vient pour obtenir la compacité requise. Au niveau contrôle, NGE dispose de son propre laboratoire sur place et un autre extérieur vient valider la portance.

blank
Travail à la poutre pour les finisseurs, une garantie sur l’Uni

ADP a la volonté de faire rentrer sur SEs marchés d’entretien ou de travaux neufs de pistes et autres infrastructures, de nouveaux acteurs français ou étrangers. NGE en est un bon exemple.

nous sommes agréablement surpris par leur capacité à réagir et à assimiler de nouvelles procédures de travail dans un milieu largement contraignant. Et si nous les avons guidés un peu plus au début, ils ont su très vite prendre la mesure et l’ampleur des contraintes.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

onze − 9 =