Belley, à l’heure de l’électrochoc Volvo

391
Pierre Jenny Volvo CE Belley
Pierre Jenny a pris la direction de l'usine Volvo à Belley dans l’Ain en vue d’accompagner le lancement de la gamme des mini-pelles électriques Volvo

Nous avons rencontré Pierre Jenny, nouveau directeur de l’usine française de Volvo à Belley dans l’Ain. Centre de production des pelles compactes depuis l’EC15 jusqu’à la ECR58 (6t), ce site est à l’origine du concept électrique. Dès 2016, un proto avait fait son apparition avec moteur et vérins électriques. Aujourd’hui, Volvo CE commercialise avec l’ECR25 un concept 100 % électrique autonome couplée à une pompe hydraulique.

blank

L’électrification n’est pas un phénomène nouveau chez Volvo. En 10 ans, ont été mis sur le marché des bus et des camions à usage principalement urbain. Mais depuis 3 ans, le groupe a multiplié les projets partout dans le monde. Pour Volvo CE, les premières recherches se sont déroulées sur le concept de la carrière 100 % électrique. Avec le développement d’une chargeuse électrique et un tombereau autonomes. Puis, le groupe a concentré ses études sur les machines compactes. Deux modèles sont déjà en production. La mini pelle ECR25 issue de Belley en France. Et la chargeuse articulée L20 à Konz en Allemagne”, explique Pierre Jenny. Et les ambitions du groupe sont immenses. Le constructeur a annoncé une bascule sur ses gammes de machines compactes entre 2025 et 2030.

L’électrique est un atout Majeur pour revenir dans la course au leadership sur le marché de la pelle compacte. En préservant Le positionnement premium propre à Volvo

Les compétences sont là

Mais revenons en terre française, à Belley dans l’Ain plus précisément. Là où il y a plus de 30 ans étaient produites les premières mini pelles Pel-Job, passées sous le giron Volvo en 1997. “ A l’échelle d’un groupe mondial comme Volvo, nous avons été désigné comme pilote du projet de la 1ère mini pelle électrique. Conception, production et mise sur le marché incluses. Tout comme Konz qui bénéficie comme nous d’un centre d’études et avec qui nous partageons nos savoir-faire et organisons le sourcing de composants électriques, notamment les batteries (ndlr Samsung). Même si par son mode de fonctionnement, la chargeuse est différente sur beaucoup de points techniques« , rappelle encore Pierre Jenny.

blank

Ce tournant technologique sur l’électrique est aussi vu comme un électrochoc pour les usines du groupe. Elles passent d’un rôle d’industriel classique avec un planning de production déterminé à l’avance à une organisation transversale en mode de gestion de projets plus agile et interdépendant.

Et en avançant de concert avec l’usine de Konz en Allemagne pour développer des plateformes communes électriques et électroniques. Même si les schémas d’implantation des batteries, moteur et pompe sont beaucoup plus restrictifs sur la mini pelle du fait du manque de place. Cela nécessite de miniaturiser certains composants comme la MasterBox pour la gestion de l’alimentation des batteries.

Moteur ECR25 Electric
On imagine très bien la contrainte de place pour positionner le moteur électrique avec le bloc refroidissement sous le capot de la mini-pelle ECR25 Electric

Par contre, bonnes nouvelles pour Volvo, la chaîne de production existante à Belley n’a pas besoin d’être modifiée pour accueillir la ECR25 Electric. Son niveau de tension à 48 V ne nécessitant pas de zones de travail isolées.

Remise à plat organisationnelle

C’est donc un bon signal pour l’usine française de Volvo qui voit ainsi son rôle d’expert de la pelle compacte se confirmer. En ajoutant de plus de nouvelles compétences sur l’électrification de la gamme. Et en complétant la production avec le transfert de Corée de la ECR58 de 6 t, un modèle phare pour les marchés européens. 

blank
Les premières mini-pelles ECR58 de 6 t assemblées en France à Belley en complément de l’usine coréenne de Changwon. Un signal fort du groupe Volvo pour confirmer Belley comme un centre dexcellente pour la conception et la production des mini-pelles Volvo en Europe mais aussi pour le monde.
En Corée, l’usine de Changwon continuera de fabriquer les pelles compactes au dessus de 6 t. Et en Chine, il existe deux usines, l’une à Shanghai qui fabrique des pelles et l’autre à Linyi pour les chargeuses, les pelles, les finisseurs, les compacteurs ainsi que des matériels SDLG.


Mon rôle est de mettre en place une organisation responsabilisante, un environnement de confiance avec l’objectif de mieux travailler ensemble. Les résultats sont déjà tangibles au bout d’un an avec une meilleure efficacité de chaque service”, souligne encore Pierre Jenny.

En plus de cette mission managériale, l’équipe dirigeante de Belley prend en charge la mise sur le marché des pelles et la coordination avec les filiales de ventes. Ce qui veut dire aussi une plus grande ouverture sur le monde extérieur, les besoins, les tendances, les remontées d’informations. “ Nous devons aussi anticiper sur de nouveaux usages avec cette première pelle électrique comme dans des cimetières ou en démolition. Sans oublier les loueurs qui sont un vecteur de démonstration primordial pour ce genre de nouveauté technologique », ajoute le directeur de l’usine de Belley.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

treize − sept =