Liebherr, constructeur loueur affirmé

176
Martin Schickel Liebherr France SAS Location
Martin Schickel voit la location comme un bras armé de la distribution, surtout pour les agences gérées en propre. Cette activité est aussi en progression chez les concessionnaires indépendants, mais d'une manière plus progressive. " Nous veillons à ce qu'ils tiennent leurs objectifs dans cette activité".

Constructeur pionnier dans la location de grosses machines depuis 1997 en Allemagne et 2001 en France, Liebherr a misé très tôt sur le développement de ce mode d’usage. Pour autant, celui-ci reste à un niveau stabilisé, même si la concurrence est désormais bien en place.

Avec un parc de 540 machines disponibles en France, Liebherr Location est un acteur prépondérant et historique de la location des pelles et chargeuses. Leur taux d’occupation ne cesse de progresser. Il est de 65 % en 2019 “, explique Martin Schickel, directeur général de Liebherr France SAS et Président de Liebherr Location en France.

- publicité -

Ce qui exprime aussi une bonne segmentation de l’offre. On compte près de 200 chargeuses sur pneus, 110 pelles sur pneus et 150 pelles sur chenilles. A noter, l’introduction en juin d’une vingtaine de tombereaux articulés de nouvelle génération. Ils pourront ainsi être testés dans différentes applications pour valider leur performance. Leur commercialisation dans le réseau est prévue pour 2021.

Tant sur la taille du parc qu’en durée moyenne de location de 4 semaines, nous avions imaginé d’autres scénarios. Mais, le marché reste toujours influencé par la propriété comme valeur patrimoniale d’une entreprise. Surtout quand les taux dINTÉRÊT restent aussi bas et aussi longtemps”, argumente Martin Schickel.

Des conditions réunies

La réussite du projet location chez Liebherr repose sur une volonté claire du groupe familial Liebherr de prendre part à un marché d’avenir. Mais aussi sur une notion capitale propre à la marque, le respect des personnes et des territoires. Sans oublier, l’organisation de la distribution gérée en partie en direct et facilitant la mise en place de cette activité.

Ce développement est uniquement européen, en Allemagne, au Royaume Uni et en France. Soit sur des marchés mûrs, prêts à évoluer avec d’autres solutions d’utilisations de matériels. Au début, on ne peut pas dire que la sauce a pris. On était plus dans l’obligation de cacher notre logo. Aujourd’hui, notre solution se perçoit comme un outil de gestion, à même d’écrêter des pics de production avec des matériels spécialisés”, rappelle Martin Schickel.

Stable dans la répartition

Pour autant, la production des pelles pour location à Colmar ( 1800 pelles en 2019) comme pour les autres usines concernées par les engins de terrassement ne bouge pas. Elle représente en moyenne 8 %. “ En 3 ans, la production d’engins de terrassement est passée de 8 000 à 11 500 machines. En même temps, le taux d’occupation des machines louées a augmenté sensiblement. Ce qui veut dire un attrait toujours plus fort ”, rappelle encore une fois Martin Schickel.

Concurrence en vue

En Allemagne ou en Grande-Bretagne, deux marchés depuis longtemps structurés avec des loueurs de grosses machines, la part de marché de la location reste stable. En France, le phénomène est plus récent, et certains enseignes comme Enco sont montées en puissance rapidement avec un parc dépassant aujourd’hui les 1 000 machines. Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un très bon client de Liebherr et depuis longtemps. Comme quoi être concurrent et fournisseur ne pose pas autant de problèmes que cela.

Forcément cette nouvelle concurrence va créer une tension sur les prix. Mais bon, chacun a ses signes distinctifs et la préférence de ses clients”, ajoute Martin Schickel. De plus, avec ses pelles de Génération 8, dont l’architecture a été revue pour devenir des porteurs connectés, Liebherr veut marquer sa différence technologique sur ce marché.

Et à l’avenir ?

Sur le développement de la location, le dirigeant reste prudent, évoquant l’avancement plus ou moins rapide des grands projets. “ Le Grand Paris a subi des décalages dans sa planification, qui diminuera l’effet de concentration de machines. Et même si la pression subsiste pour livrer à temps les chantiers des JO avant 2024. Il y a aussi à l’ordre du jour le Canal Seine-Nord ou le réseau TGV en devenir. La location restera toujours la réponse adaptée à l’accélération ou la décélération de l’activité », conclut Martin Schickel.

Pour en lire plus sur la location des grosses machines en France, une seule chose à faire. Abonnez vous à TP Aménagements : https://tp-amenagements.fr/magazines/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

15 − 7 =