Matériels BTP : le Seimat annonce 58 200 machines vendues en 2022, en hausse de 6%

895

Une année meilleure que prévue pour 2022 avec une augmentation de + 6 % pour les ventes de machines à 58 200 unités (55 000 en 2021). Ce qui donne en valeur un marché à 3,1 milliards d’euros, soit un +15 % par rapport à 2021.

Le Dig Tour 2024

Les incertitudes étaient bien présentes en 2022, inflation, pénurie des Mat1er, redistribution des circuits de fournisseurs (relocalisation en Europe), logistiques d’approvisionnement désorganisées, difficultés à monter en cadence industrielle. « Malgré tout, notre secteur s’inscrit dans une perspective de commandes élevées. Comme à fin 2021, le report des livraisons a été conséquent su 2022. On attaque donc 2023 de la même façon, avec une visibilité à 6 à 9 mois pour certains constructeurs » explique Davy Guillemard, Vice Président du Seimat.

Le syndicat table sur un marché stable en 2023 à 58 000 unités, dont 23 000 en matériels de terrassement (lourds et compacts) ; 17 800 unités pour les matériels de levage et manutention ; 850 pour les métiers du béton ; enfin 16 000 pour ceux du compactage et du routier.

JCB 18Z

Secteur par secteur

Les machines de terrassement lourd représentent 5 329 unités en 2022 et table sur un volume de 5 300 unités. Sur le compact, c’est toujours les mini pelles qui trustent le marché. Elles se permettent même de gagner 4 points en volume à presque 13 000 unités (dont 20 % pour les loueurs). Aux minipelles, il faut ajouter les midi de 6 à 12 t, soit 2 000 unités supplémentaires. Ainsi que les pelles sur pneus de moins de 11 t qui représentent 700 unités. Au global, on atteint 17 889 unités en 2022 avec une prévision à 18 000 en 2023 pour la famille de compacts.

Les ventes de matériels routiers restent stables (1634 unités) avec une baisse sensible sur les finisseurs (-13%). Comme le dit Davy Guillemard, « un marché aux alentours des 200 finisseurs reste un niveau très correct. Ces matériels très spécifiques ne se renouvellent pas tous les jours« . Dans cette famille routière, on retrouve les petites piloneuses et les plaques en haut du panier à 13 000 unités. 2023 devrait connaître une petite inflexion de – 2% à 16000 machines soit une relative stabilité

Le béton en berne

L’activité transport et mise en œuvre du béton recule pour la 2ème année consécutive (-13 %). Avec un facteur contraignant sur la disponibilité des châssis de camions. Les secteurs de la logistique et du transport de marchandises sont les premiers servis. « Des délais toujours longs des constructeurs font craindre des annulations de commandes. Et conséquence directeur du vieillissement du parc, c’est l’augmentation des activités services et réparation. Sinon la typologie des matériels ne change guère avec le gros du marché sur la toupis de 9 m3 de capacité et le camion pompe en flèche 20 à 40 m« , explique de son côté Olivier Saint Paul

L’augmentation la plus notable est liée aux matériels de manutention et de levage (+26 % à 28 000 unités). Les nacelles (7432) et les chariots télescopiques tirent le business. Les modèles pour le bâtiment et l’industrie bondissent de +45 % à 4 961 unités sur un total de 9810 facturés. On évoque désormais une croissance structurelle pour les télescopiques compacts, comme fut un temps les mini pelles à l’époque. On serait plus sur une croissance structurelle du marché. Le Seimat prévoit la part du full électrique à + de 10 % du parc pour ce type de matériels de levage/manutention

La hausse de prix sera un élément à prendre en compte dans l’activité des constructeurs, loueurs et distributeurs. Elle est estimée à 10 % en moyenne en 2022 et continuera en 2023. Rappelons qu’en valeur la filière matériels a facturé plus de 3 milliards d’euros. soit 15 % de plus qu’en 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

huit + 7 =