Vers une baisse de l’investissement local ?

93
baisse de l'investissement local

Suite aux premières réactions des associations d’élus après le projet de loi de finances pour 2023, l’inquiétude grandit dans les TP. En effet, les entreprises du secteur craignent une baisse de l’investissement local. Et ce, s’il n’y a pas d’accompagnement financier de l’Etat pour les collectivités locales. En effet, celles-ci craignent de ne pouvoir investir en raison de l’inflation.

EUROMASTER EXPERTISE

La commande publique locale, notamment au niveau communal et intercommunal, représente près de la moitié du chiffre d’affaires du secteur. Aussi, une baisse de l’investissement local aurait des répercutions sur les entreprises. Or, le Gouvernement a pris la décision de ne pas indexer la Dotation Globale de Fonctionnement sur l’inflation. La dernière fois que l’aide a été baissée entre 2013 et 2016, la commande publique locale a baissé de 18 %. Et, celle des TP de près de 20%…

« La baisse des ressources et l’explosion des charges sont les deux signaux qui doivent alerter sur une baisse de l’investissement local à venir. Alors que nous devons engager la transition écologique dans tous les territoires, le Gouvernement envoie aux élus locaux un contre signal absolument incompréhensible du point de vue de la planification écologique. Et c’est alarmant pour notre profession. » alerte Bruno Cavagné, président de la FNTP.

Inflation et ZAN, deux freins aux investissements

Cette baisse des ressources tombe d’autant plus mal que la période de mi-mandat est généralement plutôt propice aux projets. Et, l’inquiétude sur un risque de baisse de l’investissement local est aussi nourrie par les débats sur la mise en oeuvre du Zéro Artificialisation Nette (ZAN). Cette démarche demande aux collectivités de réduire le rythme d’artificialisation et de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers de 50 % d’ici 2030 par rapport à la consommation mesurée entre 2011 et 2020. Les TP craignent que cela ne conduise à mettre un coup d’arrêt aux investissements dans les milieux ruraux et péri-urbains.

La FNTP rappelle que la transition écologique passe avant tout par les collectivités locales. Et que, pour cela, elles ont besoin du soutien financier de l’état. Or, si celui-ci n’accompagne pas l’inflation, cela risque d’amputer la capacité d’investissement des élus pour les années à venir. Et ce, surtout si l’inflation se poursuit. C’est pourquoi la FNTP souhaite que l’État accompagne les communes et qu’il y ait de fortes incitations à l’investissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

treize − 2 =