Louve solitaire

864
En reconversion professionnelle, Marina intègre le monde du transport pour être seule maître à bord dans son camion.

Assistante juridique en cabinet d’avocats, Marina voulait sortir la tête de l’eau et échapper à un environnement professionnel anxiogène. Écoutant sa petite voix, qui à 37 ans lui avait déjà pas mal de fois conseillé de larguer ses amarres professionnelles, elle passe son permis PL pour devenir seule maître à bord dans son camion, tout comme son Papa ou encore son conjoint.

Le Dig Tour 2024

Il y a des reconversions professionnelles qu’il faut saluer tant elles sont courageuses et si inhabituelles. Passer d’un poste dans le domaine du droit au transport de matières dangereuses en citerne, c’est un peu le grand écart. Et ce n’est pas sur un coup de tête mais sur un coup de cœur qu’elle décide de changer de trajectoire. “ Je roulais déjà toute gamine avec mon père, puis comme le transport me colle visiblement à la peau, c’est mon conjoint qui est routier en national, qui m’a définitivement donné le virus de la route. Je tire un trait définitif sur le bureau pour vivre une autre histoire, la mienne » avoue Marina.

Tête sur les épaules

De nature réfléchie, Marina a visé la meilleure des formations, en tous cas la plus valorisable au niveau des demandes d’emploi et des perspectives de rémunération. Elle passe donc par l’Aftral où elle suit une formation complète de 3 mois, pour passer un titre professionnel réunissant à la fois le permis PL, la Fimo et l’ADR de base. Soit 434 heures de formations théoriques et pratiques, notamment sur la connaissance de l’environnement du camion, comme les chargements et déchargements. Une formation qui équivaut sur le papier à deux ans d’expérience de conducteur.

JCB 18Z

Elle y ajoute une spécialisation ADR citerne étendue permettant le transport de matières dangereuses, comme le carburant, le gaz, le bitume ou encore l’alcool. Aujourd’hui, il ne lui reste plus qu’à valider son super lourd sur 3 semaines pour s’évader sur les routes de France et de Navarre. “ Je ne partirai pas tout de suite en découchers toute la semaine, mais j’aime vraiment l’idée d’être seule à bord de mon camion et de plus avoir toute la journée un patron sur le dos”, ajoute Marina, qui se qualifierait presque de louve solitaire…

Pour poursuivre votre lecture, retrouvez dans le prochain numéro de TP Aménagements l’intégralité du portrait de Marina et sa nouvelle vie derrière un volant. Pour s’abonner cliquer sur ce lien https://tp-amenagements.fr/magazines/

Et retrouvez le profil de Marina sur LinkedIn à cette adresse https://www.linkedin.com/in/marina-dieryckx-pauloz-b9631b166/https://www.linkedin.com/in/marina-dieryckx-pauloz-b9631b166/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

un + treize =