Le Grand Paris vue de Liehberr Nenzing

Liebherr Fondations Spéciales Manutention Nenzing Autriche
L'usine Liebherr de Nenzing en Autriche fabrique les machines de fondations spéciales, foreuses, les pelles à câbles et les grues de manutention jusqu’à 300 t.

L’usine autrichienne de Liebherr à Nenzing (Autriche) est le centre névralgique du groupe pour les machines de fondations spéciales et les grues sur chenilles jusqu’à 300 t. Si le Grand Paris Express a été un dossier “chaud” sur 2017 et 2018, le marché français reste toujours aussi stratégique par la diversité de ses demandes.

Les fondations du Grand Paris Express ont été consommatrices de pelles à câbles pour la réalisation de parois moulées, notamment nos modèles phares HS 8100 de 100 t de capacité et HS 8130 de 130 tonnes. Mais fort heureusement, il n’y pas que Paris en France. Il y a bien d’autres chantiers ou sites d’extraction qui sont demandeurs de nos machines”, explique Gérald Faivre, responsable des ventes France et Afrique Francophone grues sur chenilles et machines de fondations spéciales Liebherr Nenzing.

En 2019, le constructeur a continué de livrer d’autres modèles de ses gammes comme des draglines, des foreuses de pieux type LB, dont la LB 16, reconnue en France pour sa compacité et sa facilité de transport. Cette gamme de foreuses est d’ailleurs le plus souvent configurée pour travailler à la tarière continue, technique courante dans l’Hexagone, qui offre des rendements journaliers importants.

Le deuxième marché qui s’est bien développé pour Liebherr Nenzing est le terrassement de grande profondeur consécutif au creusement des gares du Grand Paris Express qui peuvent atteindre des profondeurs maximales de l’ordre de 70 m. Deux modèles de pelles à câbles sont généralement utilisés, les HS 8050 de 50 t et HS 8070 de 70 t, qui permettent de descendre une benne preneuse de grande capacité jusqu’à 70 m. “ Mais il n’y a jamais une pelle identique à l’autre, nous nous adaptons toujours aux demandes spécifiques de nos clients. La dernière en date, un modèle HS 8050 reçoit un treuil de stabilisation en pied de flèche ”, continue d’expliquer Gérald Faivre.

Liebherr Nenzinf Autriche Fondations Spéciales Manutention

Ces pelles à câbles pour l’excavation profonde sont reconnues pour être plus fiables et plus simples en maintenance, que toutes autres solutions techniques qu’on a pu voir apparaître sur le Grand Paris. Sans parler du volume embarqué de matériaux et de la vitesse de cycle de chargement/déchargement. C’est en fait toute la différence entre une machine dédiée à la manutention par rapport à celle qui est par exemple faite pour excaver.

Gérald Faivre est responsable des ventes France et Afrique Francophone pour les grues sur chenilles et les machines de fondations spéciales à Liebherr Nenzing

Une division à plus d’1 milliard d’euros

L’usine de Nenzing représente un chiffre d’affaires de 467 M€ et emploie 1609 employés en 2018. Mais si y on intègre les autres centres de production liés à nos activités, notamment tous les équipements pour les fondations, la manutention, et les grues maritimes, on approche les 1,2 milliards d’euros ”, rappelle Gérald Faivre. A ce sujet, Liebherr propose depuis la Bauma un outil de foration en continu type cutter ou rotoforeuse, le LSC 8-18 pour parois de 800 à 1800 mm, disponible sur porteur HS8130 de 130 t.

L’usine de Nenzing existe depuis 1976 et fabriquait encore récemment les machines portuaires de Liebherr qui ont déménagé depuis à Rostock dans le Nord de l’Allemagne. Dans les dernières versions de machines à voir le jour, la pelle à câble HS 8200 vient en remplacement de la HS 895 et en première mondiale, la foreuse LB16 Unplugged, la première machine de forage de pieux sur batteries totalement autonome avec une autonomie de travail de 10 h et une recharge de 7 h.

Article précédentTransports Laclau : une idée d’avance… sur le pneu
Article suivantDeux chargeuses Liebherr L506 Compact pour Sofranel
Franck
Après une vingtaine d’années passées à défricher les codes et usages des métiers de la construction et des professionnels des machines TP, je continue à faire ce que j’aime, aller à la rencontre de passionnés. Mon sujet c’est le terrain qui le dicte, où entrent en scène des personnages et des matériels. Et tout cela fonctionne car il existe une économie de marché et des stratégies d’entreprise. J’avoue j’aime aussi bien parler de la vie des boîtes en général. Qu’ils soient constructeurs, entrepreneurs, distributeurs, loueurs, techniciens, opérateurs, ils ont tous un regard différent à porter sur la réalité du secteur. Je leur donne avec plaisir la parole !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

3 × 3 =