L’économie française reste sous perfusion

365
blank
Le dynamisme des adhérents de DLR suit la tendance observée dans tous les segments de l’économie française. En glissement annuel, le chiffre d’affaires de la location a augmenté de l’ordre de 54%, contre 37% pour la distribution et 2% pour la manutention.

Les bonnes performances des distributeurs et des loueurs de matériels au 2ème trimestre 2021 témoignent d’un niveau de reprise record par rapport à 2020. Les aides financières de l’État comptent pour une grosse part.

  • YANMAR JANVIER 22 TPA
  • INDECO TPA SEPT

Les métiers de la location, de la distribution et de la réparation connaissent une activité 2021 à des niveaux anormalement hauts. Témoignant de la vigueur de la reprise après le chaos sanitaire de 2020. Les 500 adhérents de DLR représentant 70 % du business suivent fidèlement cette tendance haussière.

En glissement annuel, le CA de la location a augmenté au T2 de l’ordre de 54%, contre 37% pour la distribution et 2% pour la manutention. Dans le même temps, le PIB a cru de 19%.

Manne publique

À la fin juin 2021, hors plan de relance, l’État aura mobilisé 230 milliards d’euros toutes aides confondues pour soutenir l’activité. Soit 10% du produit intérieur brut, quand la récession s’élève à près de 8%. Les entreprises des secteurs DLR ont su bénéficier indirectement de ces aides. Au deuxième trimestre, 67% des entreprises de la distribution, 30% des entreprises de la location et 29% des entreprises de la manutention ont un prêt garanti par l’État en cours.

jcb elec 700x100

Les craintes actuelles

Le contexte actuel de pénurie plane sur toute la profession des distributeurs , loueurs et réparateurs de matériels. Ils jonglent entre capitalisation de croissance, anticipation des approvisionnements et difficultés de recrutement.

Cette situation contradictoire pousse les dirigeants à modérer leur prévision de hausse d’activité. Les adhérents du DLR anticipent un ralentissement sur le T3 2021. Du fait des pénuries de matériel qui ralentissent les cycles de renouvellement des machines. Et le manque de techniciens. Selon Pôle Emploi, 75% des embauches de mécaniciens et électroniciens de véhicules sont considérées comme difficiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

trois + 19 =