Kobelco SK1300DLC championne de la démol !

481
Kobelco SK1300DLC

La pelle de démolition à très grande portée Kobelco SK1300DLC vient de remporter un prix lors du Sommet mondial de la démolition. Un titre qui récompense l’innovation, les installations et les équipements.

EUROMASTER EXPERTISE

La pelle Kobelco SK1300DLC a fait son arrivée sur le marché au mois de mars dernier. Une pelle à très grande portée de d’une capacité de 130 tonnes. L’industriel l’a développé pour répondre à une demande croissance pour la démolition d’installations industrielles ou d’autres projets d’infrastructures. Et, les juges ont particulièrement apprécié que Kobelco réponde à ces besoins.

Une gamme de 4 pelles de démol

Cette Kobelco SK1300DLC est à ce jour la plus grande machine de démolition produite de série. Elle intègre le système Next Advance développé par le Japonais. Une solution qui lui permet de s’adapter à de multiples applications sur les chantiers. Ainsi, elle pourra tant oeuvrer sur des projets de démolition de grande hauteur que démanteler des fondations et sous-sol de bâtiments. « Les SK350DLC, SK400DLC, SK550DLC et bien sûr la SK1300DLC reçoivent toutes le système NEXT pour les applications de démolition de fondations et de grande portée. Cela nous permet de mieux répondre à la demande croissante des démolisseurs européens. » explique Makoto Kato, directeur général de KCME

Comme les autres pelles de démolition de Kobelco, la SK1300DLC reçoit le système Next Advance du constructeur

Sa conception modulaire facilite son transport et permet un montage et démontage facile. Et, une fois démontée, l’élément de base de la pelle pèse moins de 32 t et sa largeur contenue à 3,2 m. Un gabarit pratique pour l’espace urbain ou dans les pays où la réglementation est stricte.

« Nous avons une longue et fructueuse expérience sur le marché japonais de la démolition. C’est donc formidable d’être reconnu en dehors de cette région pour nos prouesses en matière de démolition. Peu après le lancement de la SK1300DLC en mars de cette année, nous avions déjà placé les premières machines sur des chantiers européens, dont un à Rotterdam » conclut Makoto Kato.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

un × un =