La première pelle électrique Volvo livrée chez Spac

volvo pelle electrique spac filiale colas

C’est Spac, filiale de Colas qui vient de recevoir la toute première pelle compacte électrique du fabricant Suédois. La ECR25 Electrique a ainsi intégré la phase de test chez les clients.

La pelle est utilisée sur un chantier au golf de Saint-Nom-la-Bretèche en région parisienne pour creuser des tranchées. « C’est très excitant de voir cette machine évoluer chez un client, se réjouit Elodie Guyot, chef de projet des pelles électriques compactes chez Volvo CE. Elle est dans un lieu très calme où les riverains veulent que le silence soit respecté, il est donc crucial d’avoir une machine qui réponde à ces besoins« . Benjamin Silvent de Spac poursuit « Pour les riverains  et les villes en général, cela rend nos travaux plus acceptables car nous réduisons les émissions carbones et les nuisances sonores« .

Quand on parle au gars dans la tranchée, on a pas besoin de crier, on peut parler normalement et il entend tout

Le chauffeur de la pelle, Alexandre Birot, apprécie également l’aspect silencieux de la pelle : » Quand on parle au gars dans la tranchée, on a pas besoin de crier, on peut parler normalement et il entend tout. Avec une pelle traditionnelle on est obligé de couper le moteur à chaque fois pour être entendu. Et, plus important encore, il n’avale pas plein de fumée dans la tranchée comme c’est le cas avec une pelle traditionnelle. Ce serait fabuleux si l’on pouvait avoir plusieurs pelles électriques dans l’entreprise« .

Coté technique, la machine est dotée d’une batterie 48 Volt Lithium-ion et d’un moteur électrique. La batterie fournit assez d’énergie pour 8 heures de travaux dans des conditions normales. Elle peut être rechargée ensuite en une nuit sur une prise traditionnelle. Une option de charge rapide sera également disponible.

Article précédentLiebherr à Matexpo 2019
Article suivantYanmar présent à Matexpo
Louis
J’aime le bruit d’un moteur et l’odeur de l’huile chaude. J’adore l’expérience inédite de monter dans une cabine, de découvrir une machine. Je préfère 100 fois chausser des bottes et aller dans la boue qu’arpenter de luxueux bureaux. Je vis chaque nouvelle rencontre comme un moment privilégié, presque magique. Et j’ai pu conjuguer tout ça dans mon métier en créant les éditions Nakori, pour développer des magazines spécialisés : TP&A et TRANSMAT. Désormais, je prends chaque nouveau magazine à faire comme un réel challenge pour faire vivre aux lecteurs une expérience atypique, voire inoubliable. Et j’ai surtout trouvé un prétexte extraordinaire pour m’éclater au quotidien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

un + trois =