Nouveau rotatif chez Dieci

0
57
dieci chariot rotatif pegasus 50 26
Les rotatifs Dieci proposent une conduite inversée à 180°, ce qui veut qu’il est possible de positionner la tourelle dans n’importe quel sens de marche.

Dieci introduit un nouveau chariot rotatif, le Pegasus 50.26 (5 t de capacité de levage et 26 mètres de hauteur de levage) doté d’un moteur FPT de 170 cv et d’une transmission continue Vario, un système permettant de déplacer les 21 tonnes de l’engin sur route à 40 km/h.

Le modèle Pegasus 50.26 est le seul télescopique rotatif du marché avec le Pegasus 45.30 à être équipé d’une transmission Vario, source d’économie de carburant et offrant une vitesse de déplacement élevé. De plus celle ci permet plusieurs modes, normal sur route, éco avec une diminution du régime moteur et Creep qui permet de définir un régime moteur constant. La pédale d’accélération devient alors pédale d’avancement.

Reposant sur le châssis du modèle Pegasus 45.30, le 50.26 gagne 1t de capacité et 1 mètre de hauteur de levage par rapport à son petit frère le Pegasus 40.25. et son débit hydraulique est plus que doublé par rapport aux autres modèles de la gamme (290l/min). Au niveau performances, le Pegasus 50.26 peut lever 1.5 t à une portée de 17 m, idéal pour lever une palette de parpaings ou de briques à des endroits manquant d’accessibilité.

Enfin,  l’engin est équipé d’un système de stabilisation adaptatif à l’environnement de travail. Les stabilisateurs sont télescopiques et se déploie en deux temps. En outre ils peuvent-être sortis indépendamment et à différentes longueurs. Ce qui est avantageux lorsque la machine se situe près dans un espace restreint (à côté d’un mur, obstacle…). La machine va ainsi définir automatiquement la charge, la hauteur de levage et la rotation de tourelle maximale à atteindre en fonction de la position des stabilisateurs.

Article précédentDes pelles Hyundai dans les vignes de Cognac
Article suivantA Berlin, les butons Groundforce sécurisent un projet urbain
Louis
J’aime le bruit d’un moteur et l’odeur de l’huile chaude. J’adore l’expérience inédite de monter dans une cabine, de découvrir une machine. Je préfère 100 fois chausser des bottes et aller dans la boue qu’arpenter de luxueux bureaux. Je vis chaque nouvelle rencontre comme un moment privilégié, presque magique. Et j’ai pu conjuguer tout ça dans mon métier en créant les éditions Nakori, pour développer des magazines spécialisés : TP&A et TRANSMAT. Désormais, je prends chaque nouveau magazine à faire comme un réel challenge pour faire vivre aux lecteurs une expérience atypique, voire inoubliable. Et j’ai surtout trouvé un prétexte extraordinaire pour m’éclater au quotidien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici