Leica accélère sur la Machine Control

374
Photo du haut, François Bisaro, OEM/distributeurs France et Holger Pietzcsh, Vice President Marketing Monde Heavy Construction de Leica Geosystems, Part of Hexagon Photo du bas, Thomas Bonvalot, Responsable Heavy Construction, Emmanuel Roy, directeur, Olivier Jourdan, responsable ventes géomètres

Les développements vont bon train chez Leica Geosystems. Sur les produits déjà, avec les sorties du Mobile GPS ICG 160 et scanner laser Leica BLK2 GO, deux innovations majeures prouvant l’accélération du fabricant sur la partie digitalisation des chantiers et guidage d’engins. Sur les équipes ensuite avec comme dernière recrue, en tant que responsable des ventes Heavy Construction France, Thomas Bonvalot, géomètre passé par Komatsu au développement de Smart Construction.

L’Europe se met de plus en plus à l’heure de la digitalisation et de la numérisation des données, ce phénomène touche tous les secteurs, y compris la construction. « Si on parle du guidage d’engins, les systèmes se multiplient du plus simple au plus élaboré, avec parfois des marchés, comme britannique, qui l’impose en tant qu’outils de sécurité, réduisant le personnel à pied sur chantiers. Ensuite et depuis longtemps les entrepreneurs indépendants en Scandinavie ont adopté ces systèmes comme un équipement indispensable pour leur productivité« , explique Holger Pietzcsh, Vice President Marketing Monde de la division Heavy Construction de Leica Geosystem, Part of Hexagon.

Plus près de chez nous, en France ou en Allemagne, cela a pris un plus de temps. « Avec l’arrivée sur le marché des constructeurs équipant d’origine leurs pelles et bulls en guidage 2D, 3D avec ou non automatisme des mouvements, proposant un seul interlocuteur et une seule facture a été un facteur déclencheur d’une accélération des investissements. Parallèlement, les principaux fabricants ont multiplié les solutions d’équipements adaptées à tous types d’utilisateurs, de la très grande entreprise jusqu’à l’artisan. Poussant ainsi vers une démocratisation du guidage avec des interfaces logiciels toujours plus intuitives, faciles d’utilisation et multi machines » ajoute Holger Pietzcsh.

Le Dig Tour 2024

On arrive aujourd’hui à l’étape suivante, le guidage des mini pelles pour des chantiers basiques. « C’est une façon de palier au manque de personnels en augmentant le niveau de polyvalence des opérateurs de pelles. Les formations dédiées se mettent en place avec des apprentissages sur la conduite de pelles équipées 2D/3D. Et au vu du potentiel énorme du marché de la minipelle, on peut parier que le guidage sera tout au tard un accessoire courant au même titre qu’un équipement hydraulique« , ajoute François Bisaro, responsable OEM et distributeurs pour la France.

Une équipe renforcée

Nouvel arrivant comme responsable des ventes Heavy Construction de Leica, Thomas Bonvalot, un ancien de Komatsu pour la partie digitalisation des chantiers. « J’arrive chez Leica avec une expertise assez large, ma mission sera d’ailleurs moins portée sur la data mais bien plus sur la solution matériels, en guidage et sécurité personnes« , explique le nouveau responsable, en charge de 5 commerciaux. A la tête de l’organisation, Emmanuel Roy, Leica Geosystems depuis 2012.

Participant au 5 dates du Dig Tour Saison 3, Leica Gesosystems met en avant en partenariat de plusieurs constructeurs présents, un panel de ses dernières solutions, comme le Mobile GPS IGC 160, utilisable soit en base stationnaire GPS autonome sans tablette avec écran, soit sur canne topo avec tablette, qui une fois installée en cabine sert à l’excavation. Cette solution devient alors comme l’Icon Site Excavator adaptée sur Le Dig Tour sur une pelle Sany SY80 Black Edition.

On retrouve également l’AP20, la seule canne topo intelligente du marché compensant les inclinaisons et le scanner portatif BLK2GO en application Mapping Mobile. Ce dernier permet en marchant de réaliser sur un périmètre de 50 m un nuage de points par procédé de photométrie avec rendu 3D d’un espace pour l’utiliser après traitement en TP, bâtiment ou autres. Comme le précise François Bisaro, on exécute en une heure ce que fait un topo à pied en une journée en relevé de points. Ces systèmes de laser scan sont aussi utilisés dans le domaine de la sécurité en reconnaissance d’objets et de personnes dans des environnements urbains, industriels…

Le groupe Hexagon est un faiseur de solutions, travaillant aussi sur l’autonomie des machines que les domaines de surveillance/sécurité

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

cinq × deux =