Réseaux d’eau potable : l’urgence française

147
réseaux d'eau potable

Il n’est plus nécessaire de démontrer à quel point l’eau est un bien précieux. Les nombreuses restrictions d’eau cet été ont sans doute fini de convaincre les plus sceptiques. Mais, surtout il devient urgent de renouveler les réseaux d’eau potable pour cesser le gaspillage.

  • Rototilt quickchange sept TPA
  • MB Crusher TP & Aménagements

Chaque année 1 milliard de m3 d’eau est gaspillé par vétusté des réseaux d’eau potable. Aussi, les Canalisateurs de France, tirent, une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Imaginez un peu, sur 5 litres d’eau potable traitée, 1 litre n’arrive jamais à destination. Le renouvellement du réseau d’eau est fait au compte-goutte et pourtant cela devient urgent.

Les Canalisateurs insistent sur la nécessité de commencer par faire un inventaire détaillé pour cibler les investissements les plus efficaces et rentables. Si dans certains coins, le réseau est assez bien connu, dans de petites communes rurales il reste très méconnu.

Et, ces dernières années, malgré une capacité d’autofinancement des collectivités restée stable, les investissements eux ont été revus à la baisse. Le déficit d’investissement pour les réseaux d’eau et d’assainissement est estimé à près de 2 Mds € par an.  Et, si l’on n’agit pas très rapidement, les travaux de renouvellement coûteront à l’évidence plus cher.

De multiples solutions pour améliorer les réseaux

Les entreprises de canalisations mettent en œuvre toute une panoplie de solutions pour renforcer la performance et la résilience des réseaux, leur capacité à anticiper et à s’adapter au changement climatique, à limiter les prélèvements sur la ressource. Et ce, en particulier sur les territoires où elle est soumise à un stress hydrique important.

Travaux de remplacement des canalisations défaillantes, déploiement de l’interconnexion de l’eau potable pour relier et sécuriser les réseaux de distribution entre les communes, et réduire ainsi les inégalités entre les territoires, nouveaux moyens de stockage de l’eau ou de réutilisation des eaux usées traitées, adaptation et dépollution des réseaux d’eaux pluviales, construction d’adducteur… Une multitude de solutions efficientes sont mises en œuvre par les entreprises de canalisations.

Les Canalisateurs soutiennent et développent aussi des innovations technologiques pour mieux surveiller les réseaux d’eau. Et ce, par un système de canalisations connectées à l’aide de puces, pour faciliter la détection de fuites et anticiper une détérioration complète. Ils proposent aussi des solutions pour repérer les fuites, comme la recherche par gaz traceur, par électroacoustique ou par des chiens renifleurs.

Des travaux qui tardent à voir le jour

Mais, trop de ces travaux, qui permettraient de lutter efficacement contre les fuites, tardent toujours à être réalisés. Et ce, malgré l’engagement de longue date des Canalisateurs, notamment, pour accompagner la mise en place des inventaires du patrimoine et des Chartes qualité de l’Astee et pour sensibiliser toutes les parties prenantes du secteur de l’eau à cette problématique.

« Le combat mené par les Canalisateurs pour prioriser les travaux de renouvellement et de sécurisation des réseaux d’eau fait aujourd’hui particulièrement sens et ne manque pas de relancer le débat. Nos entreprises, nos métiers ont un rôle de premier plan à jouer pour améliorer leur gestion patrimoniale, assurer un fonctionnement hydraulique optimal, pour maintenir la qualité et pérenniser les infrastructures de canalisations. Espérons qu’à l’épreuve de cette sécheresse historique toutes les solutions, qui concourent à offrir aux citoyens un approvisionnement de qualité en eau, seront enfin durablement déployées sur tous les territoires » indique Pierre Rampa, président des Canalisateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

un × 5 =